• Horreur ! Culture de la délation,

    sécurité à la sauce Wal-Mart !

     

     


     

      

    * Est-ce que cette alliance pourrait éventuellement aller jusqu'à faire des Walmart, des centaines de magasins à grande surface, des camps de détention???

     

    6 décembre 2010

     

    Wal-Mart se joindra au département de la Sécurité Intérieure dans un programme appelé "Si vous voyez quelque chose, dites-le" ["On vous invite à dénoncer votre voisin au nom de la sécurité"], lequel encourage le public américain à prendre un rôle actif pour assurer la sûreté et la sécurité de la nation.

     

    "La sécurité intérieure commence par la sécurité communautaire et chacun de nous joue un rôle essentiel dans le respect de notre pays et des collectivités», a déclaré Janet Napolitano, la Secrétaire d'État, en remerciant Walmart et les 320 magasins qui ont rejoint la campagne nationale lundi.

     

    Les magasins participants, éventuellement au nombre de 588 dans 27 états, diffuseront un court message vidéo à des endroits précis pour rappeler aux clients de contacter leur police locale s'ils sont témoins d'activités suspectes, a dit le Homeland Security.

     

    "Ce partenariat va aider des millions de consommateurs de la nation à identifier et rapporter des crimes ou menaces terroristes aux autorités", a dit la Secrétaire d'État. [ça va surtout installer une culture de dénonciation et de rapportage].

     

    La campagne "Si vous voyez quelque chose, dites-le", a été implantée, à l'origine, par l'Autorité métropolitaine du transport de New York comme un programme simple et efficace qui engage le public et les employés à rapporter des indicateurs de terrorisme, de crime et d'autres menaces aux autorités, selon le DHS.

     

    Le programme est déjà partenaire avec le "Mall of America", le "American Hotel & Lodging Association", le "Amtrak", le "Washington Metropolitan Area Transit Authority, les industries de l'aviation et du sport, et que d'autres organisations dans le pays, déclare le Département de la sécurité nationale (DHS).

     

    Source:

    http://edition.cnn.com/2010/US/12/06/washington.dhs.walmart/

     

    (blog conscience du peuple)


    votre commentaire
  •  

    eurogendfor gif

    Qu’est-ce qui se cache derrière Eurogendfor

    et son droit d’occupation ?

    TROUPE SECRETE DE L’UE D’INTERVENTION CONTRE LES PEUPLES

    dimanche 28 mars 2010, par Comité Valmy

    A propos d’armées secrètes ou de troupes d’intervention policière secrètes. Elles existent depuis longtemps dans l’UE, mais peu de gens le savent.

    La troupe policière de l’UE existe depuis longtemps – et elle dispose de larges pouvoirs ! Actuellement, c’est une « troupe d’intervention spéciale » forte de 3000 hommes ( !) sous le sigle difficile à prononcer « Eurogend­for » (European Gendarmerie Force/troupes de police européennes). Le commandement se trouve à Vincenza en Italie, loin du siège de l’UE !

    Ce corps de police a été créé à l’initia­tive de l’ancienne ministre de la Défense française Michèle Alliot-Marie, pour réprimer à l’avenir plus facilement les manifestations qui dégénèrent toujours à nouveau dans les villes françaises.

    Le grand problème est le suivant : Eurogend­for va à l’avenir réduire au niveau européen le droit national et la souveraineté natio­nale des Etats-membres de l’UE ! Un « conseil de guerre », qui se compose des ministères de la Défense et de la Sécurité des pays de l’UE participant à l’Eurogendfor et du pays concerné, décidera de l’intervention dans un Etat-membre de l’UE – voilà comment est réglementée la nouvelle troupe policière de l’UE dans le « document constitutif » dé­nommé Accord de Velsen (NL).

    Cela représente pour les observateurs un droit d’occupation par l’UE. Car, si une intervention à l’intérieur d’un pays « ami », membre de l’UE, est une fois décidée, tous les bâtiments et zones occupés par des unités d’Eurogendfor, jouissent de l’immu­nité et ne sont plus accessibles pour les autorités du pays concerné. En fait, il s’agit d’un droit d’occupation par l’UE. Mais il y a pire : l’Eurogendfor ne dispose pas seulement dans le cas particulier de compétences policières mais aussi de compétences qu’ont les ser­vices secrets et elle a le devoir de réinstaller l’ordre et le calme dans la zone d’intervention concernée en collaboration étroite avec l’armée ( !). En cas de besoin, les troupes doivent avoir à disposition toutes les autorisations et tous les moyens pour remplir leur mandat.

    Eurogendfor résout divers problèmes pour les gouvernements européens. A l’avenir, ils pourront, lors de troubles sociaux ou de manifestations majeures de longue durée, utiliser des armes à feu contre leurs populations, mettre des zones entières sous quarantaine militaire et retirer les meneurs de la circulation sans avoir à engager leurs propres forces militaires ou policières qui pourraient éventuellement se solidariser avec les manifestants. L’Eurogendfor de son côté, ne pourra pas être poursuivi en justice grâce à ses autorisations exceptionnelles, civiles et militaires.

    Notons que ce n’est que grâce au Traité de Lisbonne – qui n’est rien d’autre que l’ancienne « Constitution européenne » controversée sous un nouveau titre – qu’une telle situation incroyable à pu être instaurée. Grâce au jugement du Tribunal constitutionnel su­prême, les politiques allemands, qui ont soutenu ce traité douteux à la quasi-unanimité au Bundestag, auront à l’avenir le droit d’être entendus. Un homme politique allemand, ramené à la réalité, déclare lors d’un entretien privé : « On s’amusera bien au sein de l’Eurogendfor quand à l’avenir l’état d’urgence sera imposé dans les centres chauds de Bottrop ou Neukölln en Allemagne fédérale. » •

    Source : Vertraulicher Schweizer Brief du 23/1/10

    (Traduction Horizons et débats)

    http://www.comite-valmy.org/spip.php?article577

     

    Scandaleuse décision de Sarkozy

    contre un gradé de la Gendarmerie

    La commission exécutive du PRCF - Communiqué

    dimanche 28 mars 2010, par Comité Valmy

     Scandaleuse décision de Sarkozy contre un gradé de la Gendarmerie contestant la dissolution de facto de ce corps dans la police, première étape de la mise en place d’une gendarmerie européenne tournée contre tous les peuples.

    Selon une information diffusée par le site "Indépendance des chercheurs," que nous remercions, ce 25 mars, le blog /Secret Défense/ et d’autres médias ont publié la nouvelle : le commandant Jean Hugues Matelly a été radié des cadres de la Gendarmerie Nationale par un décret du Président de la République. Il s’agit d’un décret du 12 mars, antérieur au premier tour des Régionales mais notifié seulement le jeudi après le second tour (le 25 mars).

    Comme par hasard, le même jour débute une réunion du Conseil Européen, dans un contexte où l’avenir de la gendarmerie française paraît plus que jamais incertain. Le Conseil des Ministres français du 3 février avait annoncé la présentation d’un projet de loi destiné à *ratifier la création d’une force de gendarmerie européenne* simultanément au communiqué du Conseil des Ministres du 3 février. Une telle ratification ferait suite au Traité signé le 18 octobre 2007, au même moment que le Traité de Lisbonne. Le projet de loi a effectivement été déposé et la nouvelle force européenne s’appellerait "EUROGENDFOR" : contre qui serait-elle tournée, sinon par ex. contre les producteurs laitiers, les marins-pêcheurs protestant contre Bruxelles, ou contre les travailleurs français des transports ayant la mauvaise idée de bloquer la circulation à flux tendus des marchandises européennes sur le sol de notre pays désindustrialisé ?

    Quel est, dans ces conditions, le sens de la sanction extrêmement sévère prise à l’encontre de Jean-Hughes Matelly pour un travail scientifique effectué en tant que chercheur associé à un laboratoire du Centre National de la Recherche Scientifique) ?

    Le fusionnement de la police et de la gendarmerie pour mettre la France aux normes européenne vise à préparer la dissolution finale des polices, des armées et des gendarmeries nationales dans une armée européenne entièrement tournée contre les travailleurs en lutte, contre les insurrections populaires qui montent (Grèce...), contre la souveraineté des nations d’Europe.

    La sanction prise par Sarkozy, et annoncée lâchement après les élections, est en outre une atteinte à la liberté d’expression d’un chercheur et d’un universitaire.

    Fascisation et destruction de la souveraineté nationale, derrière le rideau de fumée fangeux et xénophobe du "débat d’Etat" sur l’identité nationale, marchent du même pas.

    Tôt ou tard, tous les patriotes républicains se retrouveront ensemble dans un large Front de résistance patriotique, populaire et progressiste qui aura pour tâche de reconstruire sur des bases républicaines et sociales notre pays détruit par le trio formé par l’UE, par le grand patronat et par son zélé serviteur délégitimé par le suffrage universel, Sarkozy de Nagy-Bocsa.

    La commission exécutive du PRCF.

    http://www.comite-valmy.org/spip.php?article578


    votre commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique