• jeu_dames.jpg

     

    Lors d'une audition devant le Congrès des Etats-unis, l'amiral Robert Willard commandant des forces américaines dans le Pacifique a révélé que des forces spéciales américaines étaient stationnées en Inde, au Nepal, au Bangladesh, au Sri Lanka et aux Maldives dans le cadre de la "lutte anti-terroriste" (face à des groupes comme Lashkar-e-Taiba).

     

    Le vendredi 2 mars, le ministre des affaires étrangères indien, interpellé à ce sujet par le parti communiste (PCIM très anti-impérialiste qui a condamné le dernier vote de l'Inde sur la Syrie au Conseil de sécurité de l'ONU en février), a démenti la présence permanente de ces forces et précisé qu'elles n'avaient participé en Inde qu'à des exercices d'entraînement pour une période limitée. Les gouvernements des Maldives, du Népal et du Sri Lanka et l'ambassadeur américain au Bangladesh ont aussi démenti la déclaration de Willard.

     

    Le journal The Hindu du 3 mars observe toutefois que le ministère des affaires étrangères n'a pas répondu lorsqu'on lui a demandé si ces forces pouvaient être stationnées dans les ambassades ou les consulats américains en Inde pour mener à bien des opérations de sabotage ou d'assassinats ciblés. Il ajoute que les déclarations des officiers américains devant le Congrès sont faites sous serment, et qu'un amiral est peu susceptible de confondre une présence permanente avec une période courte d'entraînement.

     

    Le rapprochement militaire entre l'Inde et les Etats-Unis continue d'inquiéter les milieux pacifistes en Asie. Selon l'Okinawa Times, le destroyer indien Ranjit était dans les eaux du nouveau port de Naha près d'Okinawa au Japon les 28 et 29 février dernier. Un soldat indien en assurait la garde armé sur le quai en violation de la loi japonaise ce qui a provoqué l'émotion des syndicats de travailleurs du port. La coopération navale indo-américano-japonaise s'inscrit dans un objectif d'encerclement de la Chine.

     

    L'Inde fait par ailleurs l'objet de pressions occidentales fortes en ce moment pour stopper ses échanges commerciaux avec l'Iran, après que les Occidentaux soient parvenus à la dissocier du bloc des BRICS (Brésil-Russie-Inde-Chine-Afrique du Sud) à l'ONU sur la question syrienne.

     

    http://atlasalternatif.over-blog.com/article-presence-americaine-en-inde-et-pressions-sur-delhi-101499007.html


    votre commentaire
  • == COMMUNIQUÉ DE L'UPR == SAUF FRANÇOIS ASSELINEAU, TOUS LES AUTRES CANDIDATS GARDENT UN SILENCE HONTEUX SUR L'AFGHANISTAN ==

    par François Asselineau - Union Populaire Républicaine, dimanche 11 mars 2012, 20:21 · 

     

    = APRÈS LE NOUVEAU CRIME DE GUERRE COMMIS PAR UN SOLDAT DE L'OTAN, L'UPR EXIGE UNE NOUVELLE FOIS QUE LA FRANCE RETIRE IMMÉDIATEMENT SES TROUPES D'AFGHANISTAN  =


     L'UPR fait part de son horreur devant le nouveau crime de guerre commis aujourd'hui en Afghanistan : un soldat américain de la force de l'OTAN a assassiné sauvagement, et sans le moindre motif, 16 civils villageois, dont 9 enfants et 3 femmes, dans deux villages de la province de Kandahar. Plusieurs des corps, notamment d'enfants, ont été retrouvés calcinés.


    [source : http://www.romandie.com/news/n/Afghanistan_un_soldat_americain_aurait_tue_16_civils_dont_9_enfants110320121816.asp] 


    • Un villageois afghan montrant l'un des lieux du drame.

     Comme dans tous les cas de massacres précédents, et notamment ceux où sont morts des soldats français, l’UPR condamne avec la plus grande indignation cette nouvelle tuerie, et compatit aux souffrances psychologiques atroces des membres survivants des familles.

     L'UPR rappelle à cette occasion que les plus hautes autorités françaises ont envoyé nos soldats dans le cadre de l'OTAN, sans l’assentiment du peuple français, mener une guerre scandaleuse, qui nous rend collectivement complices de ces tueries.

     

    Cette guerre est scandaleuse à tous les égards :

    • - elle nuit aux intérêts bien compris de la France,
    • - elle n’est justifiée par aucune agression préalable contre la France,
    • - elle menace la Paix ailleurs dans le monde,
    • - elle bafoue les principes d’humanité et de justice entre les nations,
    • - elle provoque fatalement des crimes de guerre épouvantables.

    Toutes les victimes de ce bain de sang honteux et criminel résultent d'une guerre qui a été déclenchée, rappelons-le, à la demande du gouvernement américain suite aux attentats du 11 septembre 2001, voici plus de 10 ans, et cela sans qu'une relation de cause à effet claire entre ces attentats et la situation intérieure afghane ait été indubitablement démontrée.

     L’UPR rappelle qu’elle exige :

     1)- le retrait immédiat de toutes nos troupes présentes en Afghanistan.

    • 2)- le retrait de la France de l’OTAN (et pas seulement de son « Commandement militaire intégré »), ce qui suppose de dénoncer l’article 42 du traité sur l’Union européenne.
    • 3)- le retrait de la France de l’Union européenne, qui n’est que le volet civil d’une construction hégémonique euro-atlantiste, dirigée depuis Washington et Bruxelles, dont le volet militaire s’appelle l’OTAN.
    • 4)- la dénonciation solennelle de la théorie états-unienne du « Choc des civilisations ». Cette doctrine, qui constitue le soubassement idéologique de la construction dite « européenne » et des interventions militaires occidentales en Afghanistan ou en Libye, est extrêmement nocive pour la paix du monde.  Elle doit être dénoncée comme contraire au droit international, contraire à la vocation émancipatrice des idéaux de la Révolution française et de la Déclaration Universelle des Droits de l’Homme, et contraire aux principes universels posés par la Charte de l’Organisation des Nations Unies.

     

    Après la vidéo montrant six soldats américains urinant sur les cadavres de supposés talibans, voici la photographie de dix hommes de la compagnie Charlie (1er bataillon de reconnaissance) issus du camp Pendleton (Californie), posant fièrement à Sangin (province de Helmand, Afghanistan) autour d'un drapeau américain et d'une bannière frappée de la double rune « SS ». [source : http://www.rue89.com/2012/02/13/vu-en-afghanistan-des-marines-ss-229354]

    • Les médias occidentaux, en particulier français, ne relatent que de façon très rapide ces séries d'exactions commises en Afghanistan. Le fait que des soldats de l'OTAN posent avec le symbole des SS nazis n'a trouvé aucun relais médiatique.  

     En conclusion, l'UPR dénonce le silence complice de tous les autres partis politiques français face à cette guerre néo-coloniale.

     Ce silence complice est d'autant plus honteux que nous sommes en pleine campagne présidentielle et que celle-ci devrait s'intéresser, parmi ses toutes premières priorités, à la question de la Paix dans le monde et aux engagements militaires de la France.

     Ce silence complice est encore plus scandaleux lorsqu'il émane des candidats prétendument d'opposition, et notamment des candidats dits "de gauche" qui avaient jadis une tradition pacifiste marquée.

     Ce silence complice prouve à lui seul que la présence militaire de la France en Afghanistan découle de l'inféodation de notre pays aux intérêts euro-atlantistes, inféodation que seuls François Asselineau et  l'UPR dénoncent.

     Nous rappelons à cette occasion que l'article 42 du traité sur l'Union Européenne (TUE) subordonne la défense dite "européenne" à l'OTAN.

     Nous rappelons que le programme présidentiel de François Asselineau est le seul à réclamer conjointement :

    • - le rappel immédiat de nos troupes d'Afghanistan et de Libye
    • - la sortie de l'OTAN
    • - et la sortie de l'Union européenne par application de l'article 50 du traité sur l'Union Européenne.  

    Le programme de François Asselineau et de l'UPR est d'une logique imparable puisque ces 3 situations se tiennent. Il est le seul conforme à l'honneur, à la justice entre les nations, et à la vocation émancipatrice universelle de la France.

     

    COMMUNIQUÉ OFFICIEL DE L'UPR


    Sur F. Asselineau :
    L’effarante irresponsabilité de la Commission européenne

    L’EFFARANTE IRRESPONSABILITÉ DE LA COMMISSION EUROPÉENNE : SA TAXE CARBONE UNILATÉRALE FAIT CAPOTER UN CONTRAT AIRBUS DE 12 MILLIARDS DE DOLLARS, MENACE 2 000 EMPLOIS INDUSTRIELS ET NOUS VAUT LES PROTESTATIONS DU MONDE ENTIER

    La Commission européenne a imposé récemment une législation draconienne en matière de taxe carbone. Elle l’a fait de façon totalement autistique et unilatérale, sans la moindre concertation internationale avec tous les acteurs mondiaux concernés et réunis au sein de l’Organisation de l’aviation civile internationale (OACI).

    Résultats ?
    ————-
    –> 26 des 36 membres de l’OACI, dont la Chine, les Etats-Unis et la Russie, contestent violemment la mesure unilatérale de l’UE,
    –> l’association rassemblant la plupart des compagnies aériennes américaines, Airlines for America (A4A), vient de demander à l’administration américaine de lancer une procédure à l’OACI pour obtenir son annulation,
    –> la Chine est déjà passée aux mesures de rétorsion en annulant une commande de 45 Airbus. La perte s’élève à 12 milliards de dollars et 2 000 emplois industriels sont menacés dans les pays fabricants d’Airbus.


    CONCLUSION
    —————–
    L’édiction d’une taxe carbone est peut-être une bonne chose au niveau mondial (cela reste à démontrer). Mais une chose est sûre : elle ne peut avoir de sens que si tous les États du monde sont d’accord. Le niveau européen n’est pas le bon, c’est le niveau mondial qui est le bon, en particulier le niveau des 26 plus grands États aéronautiques réunis dans l’OACI.

    La Commission européenne a donc fait preuve d’une totale irresponsabilité en agissant comme elle l’a fait.

    Le plus fort, c’est que les européistes n’ont jamais de prophéties assez apocalyptiques pour critiquer l’UPR, en affirmant que si nous sortions de l’Europe nous serions l’objet de mesures terribles de rétorsion, etc., etc. La preuve est une nouvelle fois apportée, dans ce cas d’espèce, que c’est en restant dans cette Tour de Babel que nous encourrons les rétorsions de la planète entière !

     

    http://www.u-p-r.fr/actualite-facebook/leffarante-irresponsabilite-de-la-commission-europeenne

    à lire également

    votre commentaire
  • Un milliard de dollars investis chaque année dans des opérations d’ingérence USAID/CIA
    Jean Guy Allard

     

    10 mars 2012

    Article en PDF : Enregistrer au format PDF

    Les États-Unis investissent un milliard de dollars annuellement dans des opérations « humanitaires » en Amérique Latine et les Caraïbes par le biais de leur Agence pour le Développement International (USAID), a révélé Mark Feierstein, administrateur de l'organisme d'état nord-américain accusé d'être une façade de l'intelligentsia nord-américaine. Feierstein, un fonctionnaire fédéral avec un passé lié à des activités d'ingérence a dit à Miami que Haïti -où l'USAID a réalisé des activités controversés - que la Colombie, le Mexique, l’Amérique Centrale et le Pérou sont dans “la liste des priorités” de cet organisme.

     

    Dans un moment de joie excessif pour fêter les "succès" de cette filliale du département d'Etats, Feierstein a ouvertement déclaré que “cinq millions” seront dédiés à la “démocratie” au Venezuela cette année. Pourtant, l’USAID s'est retirée du pays par peur de la Loi de Défense de la Souveraineté Politique et l'Autodétermination Nationale. Cette loi interdit depuis fin 2010 le financement externe des partis politiques. Un “secteur très important pour cette agence est celui qui est en relation avec la démocratie et pour cela des programmes sont mis au point pour fortifier les institutions dans la plupart des pays de la région”, a t-il justifié sans référence à la violation de la loi. Pour le cas du Venezuela, cinq millions de dollars seront destinés à l'assistance technique pour "promouvoir et protéger la démocratie et les droits humains", a insisté Feierstein.

     

    "Stratége" de candidat assassin


    En 2002, ce chef régional de l'USAID, spécialiste de l'ingérence, servit de stratège dans la campagne électorale de l'ex-président bolivien Gonzalo “Goni” Sánchez de Lozada et son Mouvement Nationaliste Révolutionnaire (MNR). “Goni” est celui qui a ordonné le massacre durant la fameuse "Guerre du gaz" en octobre 2003. Bilan : 67 morts et 400 blessés, majoritairement des civils. Fugitif de la justice bolivienne, il se trouve maintenant aux États-Unis.

     

    Les idéaux de Feierstein sont tellement humanitaires qu'il fut successivement nommé dans les années 90 comme “Responsable de Projet” au Nicaragua, dans l'opération réalisée pour la National Endowment for Democracy (NED), filiale de l'USAID ; directeur pour l'Amérique Latine et les Caraïbes de l'Institut Démocratique National, autre instrument d'ingérence impérial subventionné par l'USAID ; et Conseiller Spécial de l'Ambassadeur des USA dans l'Organisation des États Américains (OEA).

     

    Le jour-même de la conférence de presse du fonctionnaire nord-américain, le président bolivien Evo Morales a dénoncé que les États-Unis, par le biais de l'USAID, espionne “la Bolivie et d'autres pays latino-américains”. “Je suis convaincu que certaines ONG, plus particulièrement celle financées par l'USAID, sont la cinquième instance de l'espionnage, non seulement en Bolivie, mais dans toute l'Amérique latine”, a accusé Evo Morales durant une conférence de presse dans la ville de Oruro.

     

    Au Mexique, l'impact potentiel pour les Etats-Unis


    En ce qui concerne la Colombie et le Mexique, Feierstein admet que son organisation “fournit de l’assistance pour les thèmes de sécurité”, sans être explicite. “Au Mexique, poursuit-il, la bataille se livre contre le trafic de drogue”, tandis que la Colombie cherche “à consolider ses progrès en terme de sécurité”. "Ces sujets sont devenus maintenant des priorités pour l'USAID”, a confessé Feierstein. Au Mexique, l'organisme étasunien multiplie les opérations “parce que l'impact potentiel peut être important pour les Etats-Unis quand il y a de l'instabilité dû à la violence criminelle”. Il n'a pas mentionné l'omniprésence dans le pays aztèque, confirmée par ces mêmes organismes de sécurité, du FBI, de la DEA et… de la CIA. L'USAID alloue environ 180 millions de dollars à la Colombie et entre 50 à 60 millions de dollars au Pérou, Mexique, Honduras et Guatemala, selon le fonctionnaire. "Nous sommes très satisfaits" du progrès obtenu a Haïti, dit-il en affirmant que "dans le domaine de la production agricole, où l'USAID a travaillé avec les agriculteurs” (sic) l'USAID "a pu doubler, ou même tripler, la production durant les deux dernières années". Il afficha beaucoup d'enthousiasme pour un parc industriel qui sera inauguré dans le nord d’Haïti avec des entreprises étasuniennes. Cependant, il évita de rappeler que l'USAID, avant et après le tremblement de terre, a organisé, orienté et financé plusieurs des organisations politiques haïtiennes du pays, en coordination avec le Département d'État et parallèlement à la présence de 10 000 hommes du Comando Sur.

     

    L'USAID a également joué un rôle-clé dans le renversement du Président Jean-Bertrand Aristide, en 2004.

     

    A Cuba, où l'USAID dépense ses millions en opérations de déstabilisation qu'elle confie à des entrepreneurs, ces fonds sont distribués par Mark Lopes, sous administrateur adjoint, qui fut "représentant personnel” du Sénateur cubano-américain Bob Menendez, digne représentant de la mafia cubano-américaine au Capitole de Washington, complice de chaque “initiative” législative hostile à Cuba et au Venezuela. Ces dernières années, on a signalé pour Amérique latine la présence de l'USAID en Bolivie, au Brésil, en Colombie, à Cuba, en Equateur, El Salvador, au Guatemala, a Haïti, au Honduras, au Mexique, au Nicaragua, à Panama, au Pérou, en République Dominicaine et au Venezuela. En de multiples occasions, il a été prouvé que l'USAID, en plus de fournir une couverture à des officiels de la CIA, a recruté, préparé et financé des éléments qui ultérieurement se sont présentés comme des agents au service des intérêts nord-américains.

     

    Traduit de l'espagnol par Henri Azar pour Investig'Action

    Source : michelcollon.info


    Haut de la page - Accueil

     

     

    Sur ce site  :

     

    .

    http://www.agoravox.fr/local/cache-vignettes/L299xH387/assiette-au-be6e-688bf.jpg

     

    Nouveau sur Investig'Action -www.michelcollon.info

    « Comment osent-ils ? » de Peter Mertens

    Enfin, un livre qui explique clairement la « crise », l'euro et le grand hold-up !

    A chaque crise, banquiers et spéculateurs reçoivent des milliards en plus des Etats européens. Que nous payons. Pour leur permettre de spéculer encore plus... contre nous. Comment osent-ils ?

     

    Best seller en Flandre depuis deux mois, ce livre de Peter Mertens paraît aujourd'hui en version française (retravaillée avec David Pestieau). Investig'Action vous offre en exclusivité le passionnant chapitre « Grèce ».

     

    Il décrit ce qui va arriver aussi chez-nous.

     

    Et donne des pistes pour résister au hold-up.

       


    Voir aussi :


    On ment sur les Grecs aujourd'hui, on mentira sur vous demain... - Michel Collon


    Investig'Action - www.michelcollon.info  

      .

     

    local/cache-vignettes/L550xH680/3985401898pn54ee-79020.png

     

    Sur ce site,

     

     

    Peter Mertens : en Grèce, deux mondes entrent en collision
    Peter Mertens

    8 mars 2012

    Investig'Action - Peter Mertens : en Grèce, deux mondes entrent en collision Dans le livre « Comment osent-ils ? La crise, l’euro et le grand hold-up », Peter Mertens (en collaboration avec David Pestieau) aborde, entre autres, la face cachée de la crise grecque. Mertens et les éditions Aden nous offrent à lire le chapitre complet du livre consacré au drame grec. Le livre est sorti le 1er mars et est en vente dans les bonnes librairies à partir du 10 mars (...)


    On ment sur les Grecs aujourd’hui, on mentira sur vous demain…
    Michel Collon

    8 mars 2012

    Investig'Action - On ment sur les Grecs aujourd'hui, on mentira sur vous demain… Les médias nous mentent sur les Grecs. Comment ? En recopiant sans aucune analyse critique ce cliché de Merkel et Sarkozy : « Les Grecs ont vécu au-dessus de leurs moyens ». Double manip : 1. « Les » Grecs, ça n’existe pas. 2. Les donneurs de leçons sont en réalité les coupables.


    MES, le nouveau dictateur européen
    Collectif

    6 mars 2012

    Investig'Action - MES, le nouveau dictateur européen Pour que le Mécanisme Européen de Stabilité soit créé, le traité qui l’institue doit être ratifié par les parlements de 17 États-membres. Plusieurs passages de ce traité s’avèrent pourtant antidémocratiques, bafouant certains principes élémentaires, comme celui de rendre des comptes au peuple.


    Il est temps que nous reconnaissions la criminalité du gouvernement de Blair
    John Pilger

    5 mars 2012

    Investig'Action - Il est temps que nous reconnaissions la criminalité du gouvernement de Blair Dans le théâtre kabuki de la politique parlementaire britannique, les grands crimes ne sont pas commis et les criminels courent en liberté. Il s’agit bien de théâtre après tout ; ce sont les pirouettes qui comptent, et non pas des actions décidées en déconnexion, à la fois géographique et culturelle, avec leurs conséquences. C’est un dispositif sécurisé, protégé aussi bien par les acteurs que par la critique. Le discours d’adieu de l’un des plus malins de (...)


    Colombie : Manifeste pour la paix, jusqu’à la dernière goutte de nos rêves
    Collectif

    2 mars 2012

    Investig'Action - Colombie : Manifeste pour la paix, jusqu'à la dernière goutte de nos rêves Il existe dans le cœur de l’Amérique un refuge humain enlacé à trois cordillères, bercé par d’exubérantes vallées, des forêts touffues, et baigné par deux océans. Des sources et des fleuves impétueux convertissent ses terres en merveilles de fertilité, débouchant au sud dans l’Amazonie - ce qui convertit la Colombie en objet de grandes convoitises. Et c’est là que commence le martyre d’un peuple : dans la cartographie de la cupidité d’une poignée d’hommes. La (...)

     


    votre commentaire
  • Guerre contre l'Iran : Obama menacé de destitution

    Guerre contre l'Iran : Obama menacé de destitution

    IRIB-Franchissant une étape cruciale pour empêcher Obama d’engager les Etats-Unis dans une nouvelle guerre contre l’Iran ou la Syrie, le député Walter Jones (R-NC) a officiellement remis le 7 mars à la Chambre des représentants une résolution avertissant le Président qu’il serait passible de destitution s’il décidait d’aller de l’avant.

     

    Cette résolution n°107 pourrait, selon Lyndon LaRouche, « enrayer la marche des Etats-Unis vers la destruction ». La résolution affirme, entre autre :

     

    « Etant donné que la clef de voûte de la République est le respect du pouvoir exclusif du Congrès de déclarer la guerre, selon l’article I, section 8 clause 11, de la Constitution :

    « Qu’il soit par conséquent résolu par la Chambre des représentants (le Sénat entamant une démarche concourante), qu’il est entendu par le Congrès qu’à l’exception d’une réponse à une attaque actuelle ou imminente contre le territoire des Etats-Unis, l’utilisation de la force à des fins offensives par un Président sans l’autorisation préalable et explicite par une Loi du Congrès viole les pouvoirs exclusifs du Congrès de déclarer la guerre selon l’article I, section 8, clause 11 de la Constitution, et constitue par conséquent un crime passible de destitution, et un délit, selon l’article II, section 4 de la Constitution. »


    La résolution a été acheminée au Comité judiciaire de la Chambre des représentants, le comité ayant la responsabilité d’initier les procédures en vue d’une destitution.


    LaRouche a estimé que cette démarche entamée par Jones est urgente, et a souligné qu’elle était particulièrement significative vue que Jones est membre du Congrès ayant un passé militaire. C’est lui qui avait lancé une poursuite judiciaire contre Obama l’été dernier, en raison de sa guerre contre la Libye, une guerre qui violait elle aussi la constitution.

    Le Comité d’action politique de LaRouche aux Etats-Unis (LaRouchepac) a décidé de mobiliser la population en faveur de cette résolution, en plus de sa propre campagne pour obtenir le départ immédiat d’Obama, soit par la destitution, soit par l’entremise de la section 4 du 25ème amendement, exigeant le départ du Président pour des raisons de santé physique ou d’instabilité mentale.Ceci est la manière la plus efficace d’empêcher une escalade vers la guerre, pouvant conduire jusqu’à une confrontation nucléaire avec la Chine ou la Russie.

     

    http://french.irib.ir/info/international/item/175202-guerre-contre-liran-obama-menac%C3%A9-de-destitution

     

    .

    Guerre contre l'Iran : Israel fait marche arrière

    Guerre contre l'Iran : Israel fait marche arrière

    IRIB-Israël ne va pas attaquer les installations nucléaires iraniennes dans les prochains jours ou dans les prochaines semaines, a déclaré jeudi Benjamin Netanyahu.

     

    «Je n'ai pas de chronomètre à la main. On ne parle pas de jours ou de semaines, et on ne parle pas non plus d'années. Tout le monde comprend cela», a déclaré le Premier ministre israélien à la chaîne 10 lors d'un extrait d'une interview enregistrée. Le chef du gouvernement israélien espère pouvoir trouver une issue pacifique à la crise du nucléaire iranien.

    «Nous serions heureux de résoudre cette affaire pacifiquement, si l'Iran décide d'arrêter son programme nucléaire, a-t-il dit. De l'arrêter, de démanteler le site de Qom et de ne plus enrichir de l'uranium.» Barack Obama, qui craint qu'un conflit au Proche-Orient ne le mette en difficulté en vue de la présidentielle de novembre, a essayé de convaincre Benyamin Netanyahu de laisser du temps aux sanctions lors de leur entretien à la Maison blanche lundi. Le Premier ministre lui a répondu qu'Israël n'avait pas encore pris la décision de bombarder les sites nucléaires israéliens.

     

     

    .

    La guerre contre l’Iran, une catastrophe pour l’économie internationale (Chine)

    La guerre contre l’Iran, une catastrophe pour l’économie internationale(Chine)

    IRIB - Selon le représentant chinois auprès de l’Union européenne, toute confrontation militaire avec l’Iran aura des répercussions catastrophiques pour l’économie mondiale. « La pire solution pour le dossier nucléaire iranien est la guerre, affirmé Wu Hiloung, vendredi, cité par Wall Street Journal. « Il est difficile de prévoir la catastrophe pétrolière qui sera générée dans le sillage d’une action militaire, a-t-il affirmé avant de mettre en garde contre les impacts hautement périlleux d’un ultimatum lancé à l’Iran dans ce dossier. Les six puissances nucléaires (Russie, Chine, France, Grande Bretagne, Etats Unis, Allemagne) ont fait part de leur disponibilité à reprendre le dialogue avec l’Iran.

     

    .

    Pierre Dortiguier, spécialiste des questions internationales

    Pierre Dortiguier, spécialiste des questions internationales

    Entretien avec M.Pierre Dortiguier, spécialiste des questions internationales à propos des éléctions législatives en Iran.

     

     

    IRIB-La discorde entre le Qatar et les Émirats arabes unis a été finalement révélée au grand jour, après avoir pris la forme d'une confrontation directe.
    IRIB - Bahreïn a été le théâtre, vendredi, d'une grande manifestation pour la démocratie, la plus importante selon des témoins depuis le début du mouvement en faveur de réformes politiques il y a un an.

    .Syrie : monteurs menteurs du CNN III (vidéo)

     

    .


    votre commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique