• Gaza, le carnage. La résistance surprend Israël - Infos, analyses (+ eva), vidéos

     

    MONDOVISION. Palestine versus Israël: 4 enfants tués à Gaza, aucune condamnation

    Posted on juil 17, 2014 @ 9:56

    87

     

    Par Info&Vérité 1

    Quatre enfants palestiniens ont été tués et un autre gravement blessé mercredi sur une plage de Gaza par un obus tiré d’un navire israélien, a annoncé un porte-parole du ministère de la Santé de Gaza.


    http://allainjules.com/2014/07/17/mondovision-palestine-versus-israel-4-enfants-tues-a-gaza-aucune-condamnation/


    folie

    Gaza - 20 juillet 2014 - La résistance palestinienne surprend Tsahal, l’armée de l’État expansioniste d’Israël

    samedi 19 juillet 2014, par anonyme (Date de rédaction antérieure : 19 juillet 2014).

    Gaza : Plus d’1 quart des martyrs sont des enfants, la résistance surprend Tsahal

    http://www.almanar.com.lb/french/ad…

    19-07-2014 - 13:11 Dernière mise à jour 19-07-2014 - 15:33


    Par l’’équipe du site al-Manar, télévision du Hezbollah, la résistance antisioniste libanaise, censurée en France. France colonisée par israël, qui interdit à Paris une manifestation de soutien à la Palestine.


     

    Au moins 37 Palestiniens, dont trois enfants, sont tombés en martyre samedi suite à des frappes israéliennes contre la bande de Gaza, portant à 334 le nombre de martyrs palestiniens, dont plus d’un quart d’enfants, en 12 jours d’agression sur l’enclave palestinienne, selon les services de secours.

    Quatre Palestiniens d’une même famille, dont deux enfants, sont ainsi tombés en martyre samedi dans une frappe aérienne israélienne contre le nord de la bande de Gaza, selon les secours.

    Deux frappes ont également coûté la vie à un enfant de six ans à Beit Lahiya, dans le nord de l’enclave palestinienne, et à une personne au nord de la ville de Gaza.


    les cadavres de cinq martyrs d’une même famille ont été retrouvés dans les décombres d’une maison bombardée dans la nuit de vendredi à samedi, à l’est de Khan Younès, dans le sud de la bande de Gaza, a indiqué le porte-parole des services des urgences Achraf al-Qoudra.

    Aux premières heures de la journée, une frappe a par ailleurs tué sept personnes, dont une femme, à la sortie d’une mosquée de Khan Younès. M. al-Qoudra a précisé que trois des victimes appartenaient à la même famille.

    Quatre autres personnes ont été ensuite tuées peu après dans des frappes séparées à Beit Hanoun (nord) et Deir al-Balah (centre) et Khan Younès (sud).

    Un blessé a par ailleurs succombé à ses blessures et une autre victime a été retrouvée dans des décombres, également à Khan Younès.

    Au total, 334 Palestiniens, dont de nombreux femmes et enfants, ont été tués depuis le début le 8 juillet de l’agression israélienne "Bordure protectrice", qui a également fait plus de 2.385 blessés palestiniens.

    Selon le Centre palestinien pour les droits de l’Homme, basé à Gaza, les civils représentent plus de 80% des victimes de l’agression israélienne.


    La Résistance surprend Tsahal


    Entre-temps, l’invasion terrestre qu’ « Israël » a déclenché contre Gaza se voit heurté à des surprises de la part des factions de la résistance.

    Une opération-commando palestinienne

    Les brigades AlQassam ont effectué une opération commando à l’intérieur des territoires occupés. Un soldat a été tué et 5 autres blessés, conformément à des sources israéliennes, lors des accrochages qui ont éclaté entre l’armée d’occupation israélienne et les commandos palestiniens.

    Dans un communiqué publié à Gaza, la branche armée du Hamas, les Brigades Ezzedine al-Qassam, a revendiqué une opération "derrière les lignes ennemies", c’est-à-dire en territoire occupé.

    "Les Brigades al-Qassam ont effectué une opération derrière les lignes ennemies en face du camp (de réfugiés) de Maghazi (dans le centre de la bande de Gaza). Des combats importants sont en cours avec les forces de l’occupant israélien", a affirmé le communiqué.

    Selon la version israélienne, "huit terroristes de Gaza se sont infiltrés samedi matin depuis le centre de la bande de Gaza dans le Conseil régional d’Eshkol" (en territoire occupé).

    Un des résistants serait tombé en martyre, selon un porte-parole de l’occupation, alors que les sept autres sont rentrés sain et sauf à Gaza.


    Un blindé israélien détruit


    Pour sa part, le Jihad islamique a revendiqué un tir de missile anti-char contre un blindé israélien dans la localité de Beit Hanoun au nord de la bande de Gaza.

    Plusieurs soldats israéliens ont été tués et blessés, selon les brigades AlQuds, branche armée du Jihad qui ont confisqué une mitraillette du char.

    Aussitôt après l’explosion, les résistants se sont violemment accrochés avec les soldats israéliens non loin de la faculté d’agriculture à Beit Hanoun.

    Le bilan des six soldats grièvement atteint a été confirmé par le quotidien israélien Maariv et d’autres sources israéliennes qui évitent toutefois de révéler le nombre des pertes dans les rangs des soldats israéliens.

    Les brigades AlQods ont également annoncé avoir pris pour cible avec des missiles 107 un rassemblement des forces israéliennes à l’est du camp Al Boureij.


    Un guet-apens palestinien


    De leur côté, les brigades Nasser Salaheddine affirment qu’un commando sioniste est tombé samedi matin dans un guet-apens palestinien au nord de la bande de Gaza.

    Un soldat sioniste a été tué et le bilan des blessés reste à déterminer. Les sources israéliennes ont annoncé que trois officiers de l’armée israélienne se trouvaient dans un état critique après avoir été touchés au cours d’affrontements avec les combattants palestiniens.

    Parallèlement, les forces de la résistance ont poursuivi les tirs des roquettes et des missiles sur différentes colonies israéliennes.

    Les brigades AlQuds ont tiré plusieurs missiles 107 sur la base militaires de Kissovim. Un soldat israélien a été tué et plusieurs autres blessés, selon le site des brigades www.saraya.ps.

    Par ailleurs, un israélien a été tué par l’explosion d’une roquette dans un village proche de Dimona au sud de l’entité sioniste, selon les médias israéliens.

     

    Un Gaza souterrain


    Vendredi les premiers témoignages de soldats sionistes pris au piège par les commandos palestiniens étaient rapportés par les médias : ces soldats parlent des "fantômes qui surgissent de tout part et qui tirent des missiles et des roquettes en notre direction sans que nous soyons capables de les localiser".

    Selon un porte-parole de Tsahal, les forces israéliennes, avec l’infanterie et les chars, restaient encore dans "les périphéries" des centres urbains, près de la frontière avec l’entité sioniste.

    "Cela nous donne l’avantage de pouvoir nous occuper des tunnels tout en limitant les points de frictions", a expliqué Peter Lerner, disant que "sous la bande de Gaza, il y a un Gaza souterrain".

     

    http://mai68.org/spip/spip.php?article7618,

     

     

    Photo : Pierre Barbancey

     

    .

    Les mauvaises manières d’Israël

     

    Des chirurgiens mandatés par le Quai d’Orsay bloqués sans explication à l’entrée de la bande de Gaza: c’est la dernière en date des mauvaises manières faites à la France par les autorités israéliennes.

    Vexations ou bavures, les incidents de ce type sont devenus beaucoup trop fréquents, y compris avec les diplomates. Le 22 juin dernier, une fonctionnaire appartenant au service culturel du consulat de France à Jésuralem était rouée de coups en pleine ville par un policier alors qu’elle circulait dans une voiture munie de plaques diplomatiques. Dimanche dernier, au point de passage d’Erez, entre Israël et Gaza, des militaires israéliens exigeaient, au mépris de la Convention de Vienne, qu’un conseiller de ce même consulat ouvre les enveloppes qu’il transportait. En janvier dernier, un convoi diplomatique français essuyait des tirs à ce même passage d’Erez, justifiant une convocation au Quai d’Orsay de l’ambassadeur d’Israël en France. L’année précédente, l’adjointe du consul y avait été retenue 17 heures sans eau ni nourriture…

    Il y a eu pire : en janvier dernier, lors de l’attaque de Gaza, le domicile d’un agent consulaire français a été occupé en son absence par des soldats israéliens qui ont ravagé les lieux, volé plusieurs objets de valeur et souillé d’excréments un drapeau français.

    En clair : les représentants de l’autorité israélienne ont, de plus en plus souvent, avec les Français, un comportement de gougnafiers.

    Les exigences de la diplomatie expliquent sans doute la discrétion de Nicolas Sarkozy, même s’il prend moins de gants avec d’autres. Mais le coup de gueule de Jacques Chirac menaçant, lors d’une visite officielle en octobre 1996, de reprendre l’avion parce que les policiers israéliens l’empêchaient d’approcher les Palestiniens de Jérusalem et de saisir les mains qui se tendaient, avait plus de panache.

     

    http://blogs.lexpress.fr/nomades-express/2009/07/08/les_mauvaises_manieres_disrael/

     

     

    + 6
    + 7

     

    Le lobby israélien, qui essaie de faire taire par tous les moyens la solidarité avec le peuple palestinien, vient de se prendre une claque magistrale devant un tribunal américain, qui a condamné les maîtres-chanteurs à payer des sommes importantes aux militants de la campagne BDS (Boycott Désinvestissements Sanctions).

    Des membres de StandWithUS, l’une des officines américaines créées pour tenter de terroriser le mouvement de solidarité avec la Palestine, avaient attaqué en justice la décision du magasin coopératif d’Olympia (Etat de Washington, ouest des Etats-Unis) de boycotter les produits « made in Israel ».

    Olympia est la ville dont était originaire Rachel Corrie, la jeune militante écrasée par un bulldozer militaire israélien en 2003, alors qu’elle tentait de s’opposer à la destruction de maisons palestiniennes.

    StandWithUS demandait à la justice de prononcer l’interdiction du boycott par le magasin coopératif, et de condamner les militants à lui payer de substantiels dommages et intérêts.

    Ceci, dans le cadre d’une stratégie développée à l’échelle mondiale par l’appareil d’Etat israélien, visant à entraver, par l’intimidation et la sanction financière, le développement de la campagne BDS.

    Mais les magistrats de la Cour d’Appel de l’Etat de Washington ne s’appellent ni Valls ni Taubira, et ils ont su conserver leur indépendance d’esprit.

    Sur le fond, ils ont ainsi constaté que le boycott, un moyen de lutte non-violent utilisé depuis plus d’un siècle sous toutes les latitudes, participait pleinement de la liberté d’expression, garantie par le célèbre Premier Amendement de la Constitution des Etats-Unis.

    Et puis, la Cour d’Appel a retenu contre le lobby israélien une disposition particulière du droit local, dite SLAPP (Strategic Lawsuit Against Public Participation).

    La loi SLAPP (dont un équivalent existe aussi en Californie, mais qui n’est pas généralisée sur le territoire américain) est un outil permettant de sanctionner les procédures judiciaires abusives initiées par des puissants (ici l’Etat d’Israël, ailleurs des groupes industriels exploitant des produits controversés comme le gaz de schiste ou les OGM) pour museler toute dissidence.

    Aux termes de la loi SLAPP, la Cour d’Appel a donc condamné les plaignants à verser 10.000 dollars (7.000 euros environ) à chacun des 16 membres du Conseil d’administration de la Coopérative d’Olympia poursuivis, ainsi que des dizaines de milliers de dollars supplémentaires au titre des frais de justice et frais d’avocats. En tout, plus de 200.000 dollars (150.000 euros environ).

    On rappelle qu’en France, la répression des procédures abusives existe aussi, théoriquement. Mais dans les procès BDS, les officines israéliennes ont jusqu’à présent bénéficié de la complicité éhontée du gouvernement. Au lieu de porter plainte elles-mêmes, elles se contentent de « faire un signalement » au procureur, celui-ci, sur ordre d’un(e) ministre docile, prenant alors l’initiative des poursuites. Et à l’arrivée, même quand ils sont relaxés, les militants BDS qui ont dépensé des sommes importantes pour leur défense, n’ont pas la possibilité de demander réparation (puisque l’Etat a une immunisation dans ce domaine).

     

    http://fr.awdnews.com/politique/5311-le-lobby-isra%C3%A9lien-condamn%C3%A9-par-les-tribunaux-am%C3%A9ricains.html

     

    .

     

     

    Norman Finkelstein sur Gaza : Israël veut annihiler « l'offensive de paix » palestinienne

     

     

    Michèle Sibony sur LCI le 16 juillet 2014 à 22h 57.

     

     

     

     

    Guerre à Gaza : un premier bilan

     

     

     

    Gaza : un grand humouriste américain se moque d'Israël en direct

     

     

     

    Des pro-israéliens qui cassent tout devant la synagogue de la rue de la Roquette

     

     

     

     

    Gaza: Ayman Mohyeldin, le journaliste qui dérange NBC

    Par Hélaine Lefrançois, publié le 18/07/2014 à 18:41, mis à jour à 18:53

    Le correspondant à Gaza de la chaîne américaine a été rapatrié précipitamment aux États-Unis à la surprise générale. La couverture médiatique de la mort des 4 enfants palestiniens tués par un raid israélien n'a pas plu à la direction. 

      Gaza: Ayman Mohyeldin, le journaliste qui dérange NBC

     

    Le rapatriement du correspondant de NBC Ayman Mohyeldin, qui couvre les conflits au Moyen-Orient depuis 10 ans, suscite l'incompréhension.

     

    Capture d'écran Twitter

     

     

    Ayman Mohyeldin a toutes les compétences et l'expérience requises pour couvrir les conflits au Moyen-Orient. Ce journaliste Américano-Egyptien était sur place ces dix dernières années. Ses reportages pour Al Jazeera English sur l'assaut israélien à Gaza en 2008 lui ont valu un prix et certain succès.  

    NBC, pour qui il avait travaillé à Washington au début de sa carrière, l'avait alors recruté en tant que correspondant basé au Caire. Le journaliste s'était réjoui de ce nouveau poste. Il voyait là l'opportunité de s'adresser à un large public. Et la chance de pouvoir peut-être "changer la manière dont les Etats-Unis perçoivent la région, en mettant au défi les stéréotypes et les quiproquos," avait-il écrit sur son compte Facebook, comme le rapportait le New York Times

    Un témoin trop bavard

    Mercredi, Ayman Mohyeldin a été le témoin direct du tir aérien sur la bande de Gaza qui a tué quatre enfants palestiniens. Sur Twitter et Instagram, le journaliste a posté de nombreux détails sur les victimes âgées entre 9 et 11 ans, et a partagé des photos émouvantes des familles. 

       

     

     

    Mais cette couverture médiatique, qui pointe du doigt toute l'horreur du conflit israélo-palestinien, n'a apparemment pas plu à la chaîne américaine. 

    Un remplaçant débarqué à la dernière minute

    L'édition du soir, le NBC Nightly News, a préféré donné la parole à un autre correspondant, Richard Engel, arrivé seulement une heure plus tôt à Tel-Aviv raconte The Intercept, le magazine en ligne de Glenn Greenwald. Ce choix surprenant a été vivement critiqué au sein de la rédaction de la chaîne. Plus incompréhensible encore, la direction de NBC a exigé son rapatriement immédiat aux États-Unis, se disant "préoccupée par sa sécurité". 

    Argument fallacieux car Richard Engel a été envoyé à sa place, en zone de conflit, accompagné d'un producteur américain qui n'avait jamais mis les pieds dans la bande de Gaza auparavant et qui ne parle pas Arabe, affirme The Intercept. 

    Un journaliste trop neutre

    Pourquoi Ayman Mohyeldin est devenu, pour NBC, persona non grata à Gaza en l'espace de quelques heures? Mondoweiss est formel: le reporter a été victime d'une décision politique. Le blog créé par deux journalistes américains et spécialisé dans la guerre des idées au Moyen-Orient, raconte que le journaliste aurait implicitement critiqué le gouvernement américain sur les réseaux sociaux.  

    "Le porte-parole du Ministère des Affaires étrangères a affirmé que le Hamas est en fin de compte responsable du pilonnage d'Israël et du massacre des 4 enfants âgés de 9 à 11 ans car le Hamas a refusé le cessez-le-feu. Le débat est ouvert", a-t-il écrit sur Facebook avant de supprimer sa publication.  

    The Intercept souligne qu'Ayman Mohyeldin fait figure d'exception dans les médias américains majoritairement pro-Israéliens. Le journaliste a déjà été accusé d'être un "porte-parole du Hamas"

    Un reporter muselé

    Apprécié pour sa neutralité, Ayman Mohyeldin a reçu le soutien de nombreux internautes. Un hashtag #LetAymanReport a été créé. 

         

    L'intéressé n'a pour l'instant fait aucun commentaire. *http://www.lexpress.fr/actualite/medias/ayman-mohyeldin-le-journaliste-qui-derange-nbc_1560479.html

    .

     

     

     

    palestiniens-phosphore-blanc.jpg

    .

     

    Sur mon blog d'auteur,

     

     

    Une journaliste américaine parle de Gaza et ... - Alterinf

     

     

     

     

    Comprendre le conflit israélo-palestinien et le sionisme en 10 minutes

     


    palestiniens-TB-pic.php.jpg


    La Shoah des Palestiniens

    eva R-sistons (chantal dupille)

     

     

    Sur mon compte twitter,

    j'ai expliqué en quoi il s'agit d'un génocide

    qui ne dit pas son nom.

    La mort lente, sournoise.

     

    Bombardements,

    problèmes respiratoires,

    cancers,

    malformations,

    handicapés physiques et mentaux (terreur),

    eau qui manque,

    eau polluée,

    pas d'électricité,

    tunnels de survie détruits,

    hôpitaux détuits,

    morts, ruines,

    destruction de maisons et d'infrastructures,

    essais d'armes chimiques

    sur une population sans défense....

     

    Israël est un monstre !

    Et la communauté internationale qui laisse faire,

    est ignoble...

     

    eva R-sistons

     


       

     

     

    Les tunnels palestiniens,

    les petites fourmis palestiniennes

    par eva R-sistons (chantal dupille)


     

    Palestine-silence-du-monde.jpg.

     

    .



  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :