•  

    François Hollande élu : Ce qui va changer dans le rapport du Président aux médias

    Modifié le 15-05-2012

    Par Le Conseiller
    Spécialiste en communication

    LE PLUS. Dès le début de son mandat, Nicolas Sarkozy avait beaucoup parlé aux médias et avait annoncé qu'il s'adresserait régulièrement aux Français. Cette couverture médiatique intense continuera-t-elle ? Quel client François Hollande sera-t-il pour l'industrie médiatique ? Explications avec "Le Conseiller", spécialiste en communication qui tient à conserver l'anonymat.

    Édité par Melissa Bounoua  

     Les couvertures des quotidiens au lendemain du second tour de l'élection présidentiel (T. COEX/AFP)

     Les couvertures des quotidiens au lendemain du second tour de l'élection présidentiel (T. COEX/AFP)

     

    Parmi les poncifs serinés ad nauseam depuis le 6 mai, celui d'un Nicolas Sarkozy "vendeur de journaux" figure probablement sur le podium. L'hyperactivité, le goût de la provocation lui ont certes ouvert les pages et offert les "unes" de l'ensemble de la presse française, parce que ces marques de fabrique faisaient vendre.

     

    Je fais le pari que la présidence Hollande va accompagner une évolution profonde de la hiérarchie médiatique, avec un retour probable vers des équilibres anciens. En clair ? Une chance donnée aux médias capables à la fois de montrer et décrypter une communication présidentielle qui ne "sur-soulignera" pas son propos et dont les signes seront soigneusement limités.

     

     

    François Hollande a démontré dans sa conquête du pouvoir la maîtrise de quelques principes de communication essentiels : la répétition comme preuve de la constance (la rhétorique du changement, l'ambition pour la jeunesse, les bons mots sur le sortant), et la construction d'une image globale par tableaux successifs (présidentialisation à la suite des primaires par des interventions à l'austérité assumée, gestion de la métamorphose du candidat avec le discours du Bourget, retour à une attitude plus libre à l'approche de l'élection).

     

    Sauf reniement spectaculaire de ce qui a fait son succès, sa communication ne sera pas sans conséquence sur le contenu médiatique des années à venir.

     

    1. François Hollande ne sera pas un bon client pour les médias d'information en continu.

     

    Le rapport au temps de François Hollande, fait, comme évoqué ci-dessus, de construction de messages puissants et durables par touches impressionnistes, favorisera la presse d'analyse au détriment des médias en temps réel. Le temps de la dramatisation des sommets internationaux auxquels participait Nicolas Sarkozy est bel et bien révolu.

     

    Les journalistes ne seront plus abreuvés de SMS envoyés par l'entourage du président, faisant fuiter chaque rebondissement de la négociation, pour permettre aux chroniqueurs des chaînes d'information en continu de renouveler leurs commentaires sur l'image fixe de portes closes. Il fallait montrer que le président ne lâchait rien, que les difficultés étaient nombreuses, les nuits courtes et la volonté intacte. Les ressorts de la communication de François Hollande seront inévitablement différents, l'enjeu n'étant pas de manifester une énergie ou une volonté, mais une capacité à modifier l'ordre établi.

     

    2.Une transformation profonde du "off" présidentiel.

     

    En redonnant à la fonction présidentielle la hauteur et la distance perdues au cours des cinq dernières années, le "off" effectué par ses communicants, à la fois pédagogie et décryptage de ce qui ne peut être dit face caméra, sera déterminant. Nicolas Sarkozy se chargeait parfois en personne du "off" en recevant lui-même les journalistes, qui reprenaient ensuite certains propos en les mettant dans la bouche d'un "proche du président".

     

    Jeu dangereux, qui pousse à questionner la sincérité du "off" et le degré de manipulation : la vraie valeur du "off" se mesure à sa préciosité et à sa rareté. L'épisode guyanais en début d'année en a marqué la faillite : un "off" qui doit être corrigé, démenti, précisé, est une sortie de piste.

     

    C'est pourquoi la nomination de Christian Gravel, proche de Manuel Valls, à la tête de la communication élyséenne témoigne de cette volonté de fermeté dans la maîtrise de la parole présidentielle – et fait d'ailleurs écho à mon article du 5 mai : alors que François Hollande a déjà annoncé qu'aucun conseiller ne serait autorisé à s'exprimer dans la presse, parions que cette interdiction s'étendra également sur les confidences informelles qui nourrissent le bruit médiatique.

     

    Tout écart de conduite vaudra au fautif un recadrage ferme et définitif par Christian Gravel. Aussi, la presse devra se désaccoutumer de cette perfusion de "off" qui, à trop forte dose, encourage à la paresse journalistique.

     

    Je fais donc le pari de l'émancipation de certains médias ou du moins de certains journalistes, et d'un retour en grâce d'une presse écrite capable d'offrir à ses lecteurs une information non-soumise à la tyrannie du temps réel. Ce pari que je fais aujourd'hui est tout autant une conviction qu'un acte de foi, l'espoir d'une presse qui jouera davantage son rôle d'analyse en cessant de courir après le "live".

     

    Tout l'écosystème y gagnera : on prend trop souvent les communicants pour des manipulateurs. Ils n'en n'ont pas toujours le pouvoir et ne devraient pas en revendiquer la capacité. Un vrai communicant ne peut correctement exercer son métier que dans le cadre de règles du jeu claires et face à des médias forts.

     

    Communiquer, c'est prendre un risque ; un communicant est là pour gérer ce risque et le tourner en bénéfice. Constat magnifique : on ne peut bien communiquer que dans une presse de qualité.

     

     

    "Le Conseiller" a tenu une chronique hebdomadaire dans "Le Nouvel Observateur" intitulée "Le journal du sorcier". Le dernier épisode a été publié dans l'édition du 10 mai.

     

    http://leplus.nouvelobs.com/contribution/551701-francois-hollande-elu-ce-qui-va-changer-dans-le-rapport-du-president-aux-medias.html#xtor=EPR-3-[Actu17h]-20120515

     

    .

     

    Dernières parutions sur mon blog sos-crise

    que vous ne trouverez pas dans les Médias :

     

     

     

    Manifestation de soutien aux détenus palestiniens des prisons israéliennes, lundi 7 mai, à Gaza.

     

     

     

     

    MMBlackOrganisations4.gif



    votre commentaire
  •  

     


    votre commentaire
  •  

    Nicolas Sarkozy nous salue,

    http://tempsreel.nouvelobs.com

     

    2612125.gif

     

    _____________

     

       

     


    cia-wqrning.jpg

     

     

     

    NS-l-americain-livre.jpg

     

     

     

     

     

    Présidentielle 2012 :

    SARKOZY VAINQUEUR ?

    Le Nouvel Ordre Mondial en marche..

    grâce à la CIA et au vote électronique

    Par eva R-sistons


     

    Sarkozy, selon mes infos, DEVRAIT - rien n'est jamais sûr à 100 % - être réélu contre la volonté des Français, comme le Traité de Lisbonne a été imposé. La démocratie est juste un mot pour justifier les guerres impériales prédatrices et meurtrières comme hier en Irak ou en Libye, aujourd'hui contre la Syrie et demain contre l'Iran - pour commencer. Sarkozy DOIT être élu car les Maîtres du monde le veulent pour diriger notre pays - très exactement afin d'achever de le soumettre, de le dompter, de l'aligner sur le modèle américain (ultra-libéralisme, compétition implacable, Dieu-Argent, valeurs et mode de vie américains, guerres de l'OTAN... On comprend mieux le choix de F. Bayrou) qui détruira toutes nos traditions : Protections sociales, services publics, laïcité, Droit du Travail etc, et ceux qui contesteront seront violemment réprimés voire éliminés comme le Traité de Lisbonne le prévoit en rétablissant la peine de mort pour les insurgés, c'est-à-dire des manifestants devenus "insurgés" à cause des provocateurs dument payés pour faire efficacement le sale boulot... de provocation ! C'est ce qu'on appelle le "terrorisme d'Etat", qu'on a pu voir à l'oeuvre récemment avec l'Affaire Merah, des actes accomplis avec un professionnalisme évidemment signé.

     

    Sarkozy a prévenu que cela se jouerait sur le fil, les Sondeurs et les Médias aux ordres nous ont dit que les résultats se rapprochent chaque jour un peu plus - alors que le rejet de Sarkozy est patent et que même le débat a vu F. Hollande triompher en France comme, surtout, à l'Etranger.

     

    Je pressens, donc, que Sarkozy sera réélu car comme je l'ai dit il ne peut accepter la défaite, et bien évidemment de rendre compte de ses actes devant la Justice. Et surtout, les Décideurs, au sommet, ont besoin de lui pour achever le travail en France, conduire notre pays dans une guerre monstrueuse contre l'Iran qui mènera à la conflagration mondiale de dépopulation - le fameux choc de civilisations préparé par l'islamophobie continuellement distillée dans les esprits faibles ou frustrés par les Médias aux ordres - et enfin, évidemment, mettre en place le Nouvel Ordre Mondial dictatorial qui privera les populations de leur liberté, de la paix, de l'Emploi, des protections sociales, et même de la dignité (par ex, euthanasie des retraités ou privation de soins gratuits parce que considérés comme non-grata, inutiles, coûteux, piètres consommateurs etc - voir ce qu'annonce le "prophète" du NOM, Jacques Attali, dans ouvrages et émissions comme "Conversations d'Avenir" sur les Chaînes Parlementaires).

     

    Compte tenu de la personnalité de Sarkozy, abondamment analysée par les professionnels de la psychologie, de son incompréhension totale de la France et même de son aversion pour elle, de sa proximité avec la CIA, de sa soumission totale aux diktats anglo-saxons, au monde de la Haute Finance, etc, attendons-nous au pire. Nous l'aurons. Ce qui nous guette nous a été présenté  par Nicolas Sarkozy lui-même au Trocadéro comme "le NOUVEAU modèle français", comprenez - la fin du modèle spécifique français, indépendant, républicain,  protecteur, laïc, etc. Et le début d'un autre, à l'image du cauchemar inégalitaire et violent de l'Amérique des cow-boys sans foi ni loi.

     

    SEUL un sursaut planétaire, concerté, concomitant, de toutes les populations, nous épargnera le pire programmé par les psychopathes aux manettes du monde. Ou la victoire des non-alignés - russe, chinois, vénézuelien, bolivien, iranien, syrien etc - sur les Anglo-Saxons qui n'ont pas fini de dévaster le monde... Bientôt, d'ailleurs, Poutine dirigera la Russie, à la fureur de l'Occident. Mais lui prône un monde multipolaire, et c'est en effet la seule voie possible... avec, selon la vision du Grand Charles (de Gaulle), la mise en place de l'Eurasie.

     

    Hélas, la lucidité est impitoyable.

     

    Eva R-sistons

     

    http://r-sistons.over-blog.com 

     

    J'envoie copie de cet article aux dirigeants de l'Opposition. Inutile de censurer ce post : Il est relayé où il faut.

     

    TAGS : Nouvel Ordre Mondial, N.Sarkozy, F. Hollande, CIA, Eurasie, Russie, Poutine, non-alignés, monde multipolaire, Charles, de Gaulle, Sondeurs, Médias, J. Attali, OTAN, Traité de Lisbonne, modèle social français, fraude électorale, F. Bayrou, terrorisme d'Etat, affaire Merah, euthanasie retraités...

     

    voir aussi, entre autres : Le résultat du vote a-t-il été truqué ? - De l'Extrême-Droite à la dictature

     

    Présidentielles : enquête sur l'incroyable opacité du vote électronique

     

    .http://washington.blogs.liberation.fr/great_america/cia/

    RTR21474_Comp

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     


     

     

    Présidentielle 2012  SARKOZY VAINQUEUR

     

     

    Les jeux sont déjà faits. LA FRAUDE A ÉTÉ PARFAITEMENT ORGANISÉE…

     

    On vous a déjà faire croire le 22 avril dernier que L’infâme représentant de la Finance Internationale avait atteint un score proche de François Hollande ! C’est une arnaque de haut vol, bien dans le style de « l’ÉQUIPE SARKO » et de ses patrons de la Finance Internationale.

     

    Ceci n’a été permis que grâce à l’utilisation d’un très important nombre de machines à voter (FRAUDER) électroniques de la marque NEDAP, dont le ministère de l’Intérieur se refuse à donner le Nombre, ainsi que le nombre et le nom des municipalités (surtout ou exclusivement UMP, note d'eva)  qui ont installé ces machines sur lesquels les Français ont voté.

     

    Il faut savoir qu’après de nombreuses fraudes constatées, ces machines à voter-Frauder ont été successivement INTERDITE en Irlande, aux Pays-Bas et en Allemagne…

     

    Vont-elles permettre la réélection du représentant-collabo de la Finance Internationale ? CE SERAIT LA PLUS GRANDE INSULTE À LA DÉMOCRATIE !

     

                                                                                               *

     

    Ces machines SONT INCONTRÔLABLES ET ONT TOUTES ÉTÉ CONÇUES POUR ORGANISER LA FRAUDE.

     

    Ingénieur concepteur de systèmes informatiques, je suis bien placé pour le savoir.

     

    Les toutes premières machines à frauder électroniques ont été inventées et fabriquées par des cadres et des sociétés écrans de la CIA… pour s’assurer de l’élection de George W. Bush en 2000 et 2004. Vous en trouverez tous les détails, en Anglais, dans la TERROR DATABASE, sur le site www.benperi.eu

                                                                                              *

     

    Si par extraordinaire, cette fraude n’était pas suffisante, un second système à été prévu, dont je vous parlais le 18 avril 2012. Voici l’article :


     

    Présidentielle – Attention, élection truquée

     

    Comme en 2007, c’est la CIA qui décidera du choix du futur candidat !

    Vous me trouvez provocateur ? Et bien que les quelques personnages encore influents de notre pays mettent en demeure, le Ministre de l’Intérieur, de publier la liste complète et détaillée et consolidée des votes observés dans la totalité des bureaux de vote en France métropolitaine et Outre-mer.

    Toute différence avec les résultats observés dans le moindre bureau, par des officiels, ou des groupes de citoyens, devra être corrigée et le total des voix portées sur chaque candidat modifié en conséquence AVANT PROCLAMATION DES RÉSULTATS.

    Aucune proclamation de résultat ne saurait être officialisée sans une publication détaillée au bureau de vote près.

    Pourquoi un tel luxe de précautions ?

    Les Français ne le savent pas, mais, déjà en 2007, les résultats de l’élection Présidentielle ont été ÉLABORÉS par une société américaine (Level 3 Communications, Inc.) véritable fourmilière et annexe de la CIA, installée à Denver, Colorado, le nouveau temple de la Haute Technologie de la CIA, depuis le 11 septembre 2001. C’est de là que seront « organisés » les résultats des élections des principaux pays du Monde.

    Rien ne fut fait pour dénoncer ce véritable coup d’état anti-Français. La société civile française n’avait pas eu le temps de s’organiser pour contrer et dénoncer cet acte de trahison.
(http://www.wikistrike.com/article-rappel-les-resultats-electoraux-fran-ais-produits-par-une-societe-americaine-et-en-2012-103443540.html).

    Ceux qui lisent régulièrement mes livres, ne seront pas surpris de l’intrusion de la CIA dans le fonctionnement de l’Union européenne. Ils savent que, depuis l’assassinat du Président John Fitzgerald Kennedy que la CIA est devenue une arme terrible, au service de la Finance Internationale.

    Ces machines de marque Diebold qui seront largement utilisées an 2012, à travers le Monde, sont les pires machines à tricher, qu’un esprit malin ait jamais inventé : http://www.computerworld.com/s/article/9220356/Argonne_researchers_hack_Diebold_e_voting_system_

    Ceux qui ont lu : « Un Grand Projet pour la France », savent que la création de la Communauté Européenne est une création de la CIA, pour le compte du Cartel des Banques, destinée à empêcher l’Europe de se construire intelligemment et pour au contraire la détruire (Voir les vidéos de François ASSELINEAU, candidat 2012 censuré par les Médias, note d'eva). On observe aujourd’hui, partout en Europe, les premiers résultats de cette stratégie. Ces lecteurs savent aussi que c’est la Commission Européenne, un repère de soldats des Rothschild, et non le Parlement Européen, qui dirige et organise l’implosion de l’Union.

    Ce que vous ne savez pas, c’est que des millions de Français vont voter sur ces machines à voter (tricher) électroniques, dont les résultats sont programmables à distance. Ces machines construites entre autres par la société Diebold, ont déjà été utilisées aux Etats-Unis, en novembre 2000 et novembre 2004 pour faire élire George W. Bush. Voir à ce sujet ce que j’en écrivais en 2005, dans « Stop the Warbiz ».

    Extrait du livre « Stop au Warbiz », chapitre 5, publié en juin 2005. La version Anglaise de ce livre « Stop the Warbiz » est toujours disponible ici : http://www.amazon.com/s/ref=nb_sb_noss?url=search-alias%3Dstripbooks&field-keywords=stop+the+Warbiz , et à la Bibliothèque du Congrès des Etats-Unis.

    Adieu Démocratie… 
La mascarade de l’élection de 2004

    Avant même l’élection, Karl Rove (Le pouvoir derrière le trône), « l’empaleur », avait dit qu’il ferait tout ce qui sera nécessaire – c’est-à-dire n’importe quoi – pour s’assurer de la victoire de Bush. (Et Luc Chatel nous a prévenus, une grande surprise nous attend, note d'eva)

    Pour s’assurer du gain de l’élection présidentielle de novembre 2004, les Républicains ont changé de tactique. Après les tricheries de Floride en 2000, ils ont misé cette fois sur des moyens plus modernes. Des machines à voter flambant neuves ont été utilisées dans 30 Etats, pour… 28% des votes prévus. Malheureusement, ces machines ont déjà prouvé en Georgie en 2002 qu’elles pouvaient inverser le résultat d’une élection. Elles sont exclusivement fabriquées par des sociétés détenues par des républicains notoires (Diebold Election Systems dans l’Ohio, Sequoia Voting Systems, basé en Californie et Election Systems & Software à Omaha, Nebraska). Elles sont “largement en dessous des minima de sécurité requis pour de tels équipements” et sur un panel de 1600 spécialistes informatiques, dont 200 docteurs, pas un seul ne s’est trouvé pour dire que ces machines étaient pour le moins “sures, fiables et contrôlables”.

    Par contre, le panel a été unanime a déclarer que « ces machines à voter sont peu sûres, sujettes au piratage informatique interne et externe, et qu’elles présentent un (grave) danger pour des élections démocratiques ».

    Ces trois compagnies ont toutes de très forts liens avec l’administration Bush. Quelle coïncidence, leurs principaux actionnaires sont aussi les toutes premières multinationales du WARBIZ… Northrop-Grumman, Lookheed-Martin, EDS (Electronic Data Systems) et Accenture. Diebold a fait appel à Scientific Applications International Corporation (SAIC) de San Diego pour développer les logiciels sécurisés des machines à voter… alors qu’une majorité des membres du conseil d’administration de SAIC viennent, soit du Pentagone ou de la CIA :
- Le Général d’Armée Wayne Downing, un ancien du Conseil National de Sécurité,
- Bobby Ray Inman; ancien directeur de la CIA,
- William Owens, ancien patron de l’Etat-major des armées aujourd’hui à la retraite,
- Robert Gates, un autre ancien directeur de la CIA.

    Ainsi, c’est une société privée liée au complexe militaire et à la CIA qui assure l’intégrité de la programmation des machines à voter pour le compte des sociétés du WARBIZ…

    Tous les casinos du monde utilisent des machines à sous électroniques. Ces machines sont programmées pour obtenir les résultats escomptés par leurs propriétaires… Ces gens ont inventé des machines à voter sur le même principe… c’est-à-dire « qui permettent d’obtenir les résultats escomptés… »

    Cette année, la fraude post et préélectorale était tellement massive qu’il aurait fallu des années de combat juridique pour que cette élection ressemble à un processus honnête. En jetant l’éponge si rapidement, John Kerry a dévoilé au monde la franche mascarade qu’aura été cette élection. La seule possibilité qu’elle soit conforme aux vœux des patrons du « WARBIZ »… était la reconnaissance de sa « défaite » par John Kerry. Ce qu’il s’empressa de faire au plus grand mépris des 60 millions d’Américains qui avaient voté pour lui…

    Aussi longtemps que de telles machines à tricher (pardon à voter) existeront, il n’y aura PLUS AUCUNE DEMOCRATIE, dans les pays qui les utilisent. (Seuls pour le moment, début 2012, les Allemands ont déclaré ces machines illégales…)

    Ces nouvelles “boîtes noires” informatiques qui servent de machines à voter ne produisent aucune trace papier. Il ne sera donc jamais possible de vérifier les résultats d’une élection contestée.

    Quand on sait – qu’avant même le jour de l’élection – l’on dénie systématiquement le droit de vote (une fois de plus) aux noirs et à de nombreux autres démocrates pour des raisons iniques… Quand on sait que de nombreuses machines électroniques à voter contenaient plusieurs milliers de voix pour Bush, avant même que quiconque ait voté… Quand on connaît le risque de fraude massive que représentent les nouvelles machines à voter électroniques… Quand on sait que l’on a comptabilisé 14,3 millions de votes de plus en 2004 qu’en 2000… et quand on constate que cet accroissement du nombre de voix s’est réparti entre 10 millions pour les représentants du WARBIZ et 4,5 pour ceux qui défendent la sécurité sociale, l’emploi et l’état providence et que l’on entend les trompettes de Bush essayer de vous faire croire que ces dix millions sont le résultat d’une poussée du vote populaire, on a besoin de personne pour comprendre que cette élection fut une énorme escroquerie

    En réalité, cette différence ne peut s’expliquer que par une combinaison de la poussée d’électrons dans les machines à voter électroniques avec les méthodes crapuleuses utilisées par le WARBIZ pour éliminer massivement les votes des quartiers populaires… Une façon de prétendre que les Américains sont plus intéressés par la politique et que Bush a obtenu le support des personnes dont il a détruit les emplois, la protection sociale, pris les dollars et les fils et filles pour les envoyer en Iraq et en Afghanistan assumer l’appétit des avides « hors-la-loi » du WARBIZ… Faut-il que les Américains soient naïfs et indolents.

    La triche a toujours fait partie de l’élection présidentielle, mais cette fois, la trahison de l’électeur a fait déborder la coupe. Soixante millions de votants qui avaient porté leurs voix sur le candidat John Kerry, ont été floués, non seulement par l’équipe Bush, mais plus grave encore par l’homme qui représentait l’espoir de revivre en démocratie. Pourquoi John Kerry a-t-il si rapidement capitulé ? A-t-il oublié les millions de cas de votants noirs et hispaniques retirés des listes électorales ? Comment a-t-il pu ne pas protester et récuser, avant même le vote, les (vicieuses) machines à voter (Républicain) électroniques ? Son appartenance à la société maçonnique secrète de l’Université de Yale « Skull & Bones » dont la réputation fût bâtie au 19ème siècle sur le commerce de l’opium en Extrême-Orient et qui n’a pas toujours été fréquentée par la « crème de la crème » (Prescott, George H., George W. Bush…), explique-t-elle qu’il n’aurait été qu’un “perdant programmé”? Ou bien serait-ce plutôt lors de son apparition à la conférence de Bilderberg (le congrès mondial des patrons tireurs de ficelles, de leurs éminences grises, de leurs porteurs de valises et de leurs porte-plumes) en 2001 qu’il aurait fait allégeance au « WARBIZ » ? On comprend mieux sa difficulté à admettre l’obligation morale d’un retrait Américain de l’Iraq, même après qu’il eut été prouvé l’absence totale d’armes de destruction massives et de menace et que Saddam Hussein ait été neutralisé.

    Quelles belles Démocraties, dans lesquelles les Gouvernants sont désignés par la CIA !

    BEN PERI   http://www.benperi.eu

    --
    BEN PERI


    Pour contrer la terrible Mondialisation que l'on veut nous imposer,
    et reprendre le contrôle de nos démocraties pour les rendre citoyennes...

    Tous les livres de BEN PERI sont là www.benperi.eu
    Ben Peri's Books are all here www.benperi.com
    .
    ..

    C'est Ben Peri lui-même qui m'a envoyé ce texte,
    merci à lui (eva)
    .

    2012-vote-electronique.jpg

    http://embruns.net/logbook/2012/04/22.htm

    Rien ne va plus… les jeux sont faits…

    Les résultats électoraux produits

    par une société américaine ?


    Sources : UPR. AVec AFP, Le Monde. Mars à juillet 2008.

    level-3-communications.jpg?w=645Dimanche dernier, les commentateurs du 1er tour des élections municipales se sont montrés unanimes : alors qu’on attendait un effondrement de la droite, la première surprise de la soirée aurait été la relative et inattendue bonne tenue des listes UMP ; la seconde surprise, c’est que le taux global de participation était en hausse depuis 2001.
    La tonalité de la soirée électorale fut ainsi donnée par ces deux « surprises », qui dominèrent également les lignes éditoriales de la presse écrite du lendemain. Pour la majorité des Français, les jeux étaient faits dès le  1er tour : forte participation et maintien surprise de l’UMP.

    Pourtant, dès le mardi, puis tout au long de la semaine, des informations d’une toute autre tonalité ont commencé à se faire jour. Des informations capitales dont ont été privés la grande majorité des Français, qui n’ont porté attention à ces élections que le dimanche soir ou dans la presse écrite du lundi. [Cliquer pour lire la suite] 
    Ainsi, il a fallu attendre le vendredi, ce qui ne s’était jamais vu depuis la dernière guerre, pour enfin connaître les chiffres officiels de la participation. Surprise : il n’est plus du tout question d’une hausse mais d’un effondrement historique : jamais depuis 1959 la participation n’avait été aussi basse : 66,54% au total et 61,07% dans les communes de plus de 3500 habitants. Dans la capitale, c’est même 43% des électeurs qui ont refusé d’aller voter.

    Les étranges innovations électorales du ministère de l’intérieur

    Que s’est-il passé le soir de l’élection pour que l’information et la perception de la situation politique réelle soient ainsi faussées ?

    Un début de réponse nous a été donné par un article stupéfiant du journal Le Monde. On y apprend les causes de la ” panne “ :
    « Les résultats ont d’abord parcouru le chemin traditionnel : les mairies les ont envoyés, par téléphone ou par fax, dans les préfectures, qui les ont communiqués via un système Intranet au ministère. ” La synthèse s’est faite tout à fait normalement ” (…) Mais les serveurs, hébergés par une société externe, dont le ministère n’a pas voulu divulguer le nom, se sont écroulés à plusieurs reprises. »
    ==> http://www.lemonde.fr/cgi-bin/ACHATS/acheter.cgi?offre=ARCHIVES&type_item=ART_ARCH_30J&objet_id=1028409&clef=ARC-TRK-D_01

    En clair, cela signifie :
    d’une part que les serveurs du ministère de l’intérieur ne sont pas gérés par les fonctionnaires habilités à cette fin mais par ” une société externe ” ;
    d’autre part que le ministère de l’intérieur refuse de communiquer l’identité de la société qui a désormais la haute main sur les élections françaises.

    Ce n’est pas tout :
    « Le système étant engorgé, les services de l’intérieur ont dû ressaisir les résultats. Le taux de participation définitif n’a été établi que lundi après-midi. Le prestataire, qui avait traité les élections présidentielle et législatives de 2007, utilise “ce que l’on peut trouver de plus puissant”, assure Bertrand Maréchaux, directeur des systèmes d’information du ministère. (…) M. Maréchaux confiait, lundi soir, n’avoir toujours pas trouvé “de véritable explication technique”.

    Mme Alliot-Marie, rompant avec l’habitude de la plupart de ses prédécesseurs, s’est refusée dimanche à toute apparition publique pour donner les résultats et s’est contentée d’un communiqué diffusé à 23 h 13. »

    En clair cela signifie :
    que le mystérieux prestataire privé a eu également la haute main sur les présidentielles et les législatives, premières élections françaises où étaient utilisées les machines à voter, qui, elles aussi, suscitent de nombreuses et justifiées interrogations.
    et que le directeur des systèmes d’information du ministère de l’intérieur avoue n’avoir reçu aucune explication de ce mystérieux prestataire extérieur.

    Quelle est la mystérieuse société qui produit désormais les résultats électoraux français officiels ?

    Est-il normal et sain pour la démocratie que le ministère de l’intérieur garde le silence sur l’identité de la société prestataire qui gère désormais nos résultats électoraux officiels ?

    Pour l’UPR, la réponse est non.

    Nous avons donc décidé d’en savoir plus, ce qui n’est pas très difficile puisqu’un simple logiciel gratuit “whosip.exe” permet à tout internaute de découvrir le pot aux roses. (il suffit de télécharger whosip, de le copier dans C : puis, dans Accessoires > Invites de commandes > tapez cd\ > Enter puis : whosip www.interieur.gouv.fr > Enter ) , vous obtiendrez ce résultat autant spectaculaire que révoltant, s’agissant du ministère de l’intérieur de la République Française :

    WHOIS Source : ARIN

    IP Address : 8.12.199.126
    Country : USA – Colorado
    Network Name : LVLT-ORG-8-8
    Owner Name : Level 3 Communications, Inc.
    From IP : 8.0.0.0
    To IP : 8.255.255.255
    Allocated : Yes
    Contact Name : Level 3 Communications, Inc.
    Address : 1025 Eldorado Blvd., Broomfield
    Email : ipaddressing@level3.com
    Abuse Email : abuse@level3.com
    Phone : +1-877-453-8353

    Sauf erreur, cela signifie, en clair, que “le système intranet” du ministère français de l’intérieur est hébergé par la société américaine LEVEL 3 COMMUNICATIONS, situé à Denver, Colorado, USA.

    Résumons :
    1. La soirée électorale, donc l’élément décisif de la campagne du second tour, a été complètement faussée par une panne informatique.

    2. Contrairement à ce que tous les Français croient, le ministère de l’intérieur ne gère pas lui-même les moyens nécessaires à la production des résultats électoraux officiels, ayant force de loi.

    3. Ce travail décisif pour la démocratie française est confié non seulement à une société privée, mais, mieux encore, à une société américaine, LEVEL 3 COMMUNICATIONS

    4. Vérifications faites à partir d’informations ouvertes disponibles sur Internet, cette importante société américaine se trouve avoir des liens très étroits avec les deux principaux partis politiques américains, le Parti Républicain et le Parti Démocrate, qu’elle finance l’un et l’autre avant chaque élection présidentielle :
    ==> http://www.campaignmoney.com/political/committees/level-3-communications-inc-political-action-committee.asp?cycle=04

    5. La société en question n’a fourni aucune explication sur la panne. Personne n’est donc en mesure de garantir que cette panne n’a pas été volontairement provoquée, à la demande d’un mystérieux commanditaire, pour aboutir aux résultats faux de dimanche soir. Circulez, il n’y a rien à voir !

    6. Mis à part l’article du Monde, aucun média ne s’est interrogé sur ce grave et troublant dysfonctionnement qui entachent le résultat officiel des élections. Personne ne s’interroge non plus sur la fiabilité et les contrôles réels de l’ensemble “machines à voter + serveurs hébergés par la société américaine LEVEL 3 COMMUNICATIONS” qui a également produit les résultats des présidentielles et des législatives.

    7. On nous présente un scénario rocambolesque à base de « serveurs qui s’écroulent » puis « d’adresse de délestage ». Mais ce scénario ne tient pas la route une seconde pour qui connaît un minimum l’informatique : collecter les votes de 25 millions d’inscrits, préalablement centralisés dans une centaine de préfectures, c’est bien le minimum que doit pouvoir faire n’importe quel serveur informatique bon marché.

    Du reste, on n’a pas attendu mars 2008 pour gérer ce type de situations et les Français ont connu suffisamment de soirées électorales télévisées depuis 40 ans pour savoir que la collecte des résultats ne posait aucun problème par le passé, avec des ordinateurs pourtant infiniment moins puissants que de nos jours. Comme par ailleurs le ministère précise avoir recours à “ce qu’on peut trouver de plus puissant”, on est en droit de se poser de très graves questions sur la cause réelle de la « panne ».

    8. Nous voudrions également comprendre pourquoi un gouvernement qui nous rebat les oreilles avec son soutien à l’économie numérique juge préférable d’avoir recours aux services d’une société étrangère pour résoudre un problème bête comme chou, et parfaitement bien résolu depuis des décennies, qui est la simple collecte des résultats électoraux transmis par la centaine de préfectures françaises.

    9. Nous voudrions enfin comprendre pourquoi la France, qui est capable de mettre au point des armes thermonucléaires par des simulations informatiques extraordinairement sophistiquées, qui a été choisi internationalement pour développer le centre de recherche sur la fusion atomique ITER serait incapable de gérer par elle-même l’addition des votes de ses électeurs?

    Conclusion

    Il n’est pas tolérable qu’une société américaine produise, on ne sait comment, ce que le peuple français est censé devoir accepter comme l’expression suprême de la souveraineté populaire. Cette procédure est d’autant moins admissible qu’elle s’accompagne de la mise en place, en nombre croissant, de “machines à voter” électroniques qui produisent des résultats dont l’opacité suscite la défiance d’une écrasante majorité de nos concitoyens.

    Rien ne serait plus grave pour la démocratie et plus périlleux pour la paix civile en France si une suspicion généralisée devait désormais se porter sur la véracité des résultats annoncés à l’issue de toutes nos élections.

    Nous exigeons donc de revenir à la situation antérieure, qui donnait toute satisfaction sans soulever les moindres soupçons. Le ministère de l’intérieur doit obtenir et rendre publiques les explications de son prestataire américain, puis rompre immédiatement ce contrat.

    L’Union Populaire Républicaine envoie le présent texte à l’ensemble des députés et sénateurs de la République, et leur demande que soit créée une commission d’enquête parlementaire sur cette question d’une exceptionnelle gravité.

    Nous leur demandons aussi que soit déposé, le plus rapidement possible, une proposition de loi interdisant toute intervention de sociétés privées dans les opérations électorales, ainsi que tout usage des machines à voter.

    * * * * * * *

    Le scandale du vote électronique se précise

    L’agence France Presse vient de révéler qu’une étude, réalisée par une chercheuse du laboratoire d’informatique de Nantes-Atlantique et portant sur les trois derniers scrutins nationaux, a relevé un nombre ” d’erreurs ” beaucoup plus élevé dans les bureaux utilisant des ordinateurs de vote que dans les bureaux traditionnels.

    Cette étude, conduite par Mme Chantal Enguehard en relation avec l’Observatoire du vote, est la première recherche quantitative très sérieuse sur la dématérialisation du vote dans les élections politiques en France. Elle a été menée à partir de données provenant de 20.051 bureaux de vote, dont environ un tiers pratiquant le vote électronique, dans 46 communes de référence, dont 24 utilisant des ordinateurs de vote, lors des dernières élections présidentielles (premier et second tour), législatives (1er tour) et municipales (1er tour). Autant dire que l’énormité de la taille de l’échantillon rend l’étude statistiquement incontestable.

    Entre 4 et 8 fois plus “d’erreurs” d’émargement avec le vote électronique

    Les résultats obtenus montrent en premier lieu que le nombre de bureaux “en erreur”, c’est-à-dire où le nombre de votes n’est pas égal au nombre d’émargements, est bien plus élevé parmi ceux qui utilisent les machines à voter que dans ceux qui ont recours à l’urne traditionnelle.

    Globalement, sur les quatre tours d’élections étudiés, on relève ces erreurs dans près de 30% des bureaux procédant au vote électronique (29,8%) contre 5,3% de ceux utilisant l’urne.

    Des “erreurs” en augmentation constante

    Lors du premier tour de la présidentielle, on mesure ainsi 3,9 fois plus de bureaux en erreur pour le vote électronique par rapport au vote à l’urne. Ce rapport monte à 7,5 pour les législatives et à 7,8 pour les municipales, selon l’étude. En d’autres termes, il s’aggrave avec le temps !

    Des “erreurs” dont l’ampleur est beaucoup plus importante avec le vote électronique

    Autre enseignement, l’ampleur des erreurs est beaucoup plus importante pour le vote électronique : par exemple, plus de 7,3% des bureaux électroniques dépassent un taux d’erreur de 3 émargements, contre à peine 0,4% des bureaux traditionnels.

    Des ” erreurs ” qui ne diminuent pas avec l’expérience

    Selon l’étude, la multiplication des scrutins n’entraîne pas une plus grande fiabilité du vote électronique. Malgré la meilleure expérience qu’en ont les électeurs, les taux d’erreur du vote électronique restent toujours très supérieurs à ceux du vote à l’urne. En outre, le taux d’erreur est plus élevé dans les bureaux qui enregistrent le moins d’émargements à l’heure.

    L’étude révèle enfin que la centralisation des résultats en mairie est elle-même source d’erreurs, certaines mairies ne faisant même pas état des écarts entre votes et émargements constatés dans les bureaux, d’autres ” rectifiant ” même les résultats pour les faire disparaître.

    CONCLUSION : IL FAUT EN REVENIR AU VOTE AVEC LES URNES

    Les résultats statistiques incontestables découverts par Mme Enguehard l’ont conduite à les qualifier elle-même de “choquants “. Cette chercheuse du laboratoire d’informatique de Nantes-Atlantique et l’Observatoire du Vote ont décidé de présenter leur étude au ministère de l’Intérieur et au Conseil constitutionnel.

    Décision intéressante, ils ont aussi décidé de la présenter à l’Organisation pour la sécurité et la coopération en Europe (OSCE). Cette organisation internationale, qui se préoccupe volontiers de la sincérité des élections dans tous les pays du monde, et en particulier dans l’ex-bloc socialiste, devrait assurément porter désormais ses regards sur ce qui se passe au sein des pays de l’Empire euro-atlantiste. Notons au passage que la chercheuse et l’Observatoire du Vote n’ont pas prévu de saisir la Commission européenne de leur étude. Comme si tout le monde avait déjà, inconsciemment, intégré l’idée que les institutions bruxelloises ne sont en aucun cas des remparts contre la dictature qui menace… (voir la position de la Commission en annexe)

    Par ailleurs, Mme Enguehard et l’Observatoire du Vote demandent que les travaux réalisés soient complétés par une étude de plus grande envergure. Il serait notamment du plus haut intérêt de voir si les ” erreurs ” relevées sont réparties uniformément ou si elles ont une ” tendance ” à favoriser tel ou tel parti ou groupe de partis. Il serait d’un intérêt non moindre de comparer de façon statistique les résultats obtenus dans les bureaux de vote avec urne et dans les bureaux de vote avec ” machine à voter “.

    Il est à cet égard extrêmement préoccupant de constater que la mise en place en France de bureaux de vote avec ordinateurs coïncide avec le recours à une société de service américaine (LEVEL 3 COMMUNICATIONS) chargée… de centraliser les résultats électoraux français dans son centre de Denver au Colorado !

    Cette décision stupéfiante, prise par Nicolas Sarkozy lorsqu’il était ministre de l’Intérieur, a déjà été dénoncée ici même (cf. notre dossier Les résultats électoraux produits par une société américaine ?). Mais comme elle s’accompagne du taux “d’erreurs” absolument scandaleux de 30% dans les bureaux de vote équipés de ” machines à voter “, le doute ne peut désormais que s’instiller dans les esprits : Y aurait-il chez certains la volonté délibérée de truquer les résultats des élections en France ?

    Laisser s’installer un tel doute serait redoutable pour notre démocratie et notre paix civile. C’est pourquoi l’Union Populaire Républicaine (UPR) réclame de nouveau la suppression totale et définitive de toute ” machine à voter ” sur le territoire de la République et le rapatriement immédiat de tout le processus électoral français en France, avec notamment la dénonciation des contrats entre le ministère français de l’Intérieur et toute société privée française ou étrangère, notamment la société américaine LEVEL 3 COMMUNICATIONS.

    Source (dont documents et annexe) Union Populaire Républicaine : http://u-p-r.org

    * * * *

    En complément :

    11 mars 2008 – Le ministère de l’intérieur a été perturbé par une panne informatique dimanche soir (article cité dans un précédent dossier de l’UPR Les résultats électoraux produits par une société américaine ?, auquel il est fait référence ci-dessus)

    Les résultats des élections municipales et cantonales ne sont parvenus aux journaux quotidiens que très tardivement dans la nuit du dimanche 10 mars au lundi 11, de façon incomplète, et avec des erreurs. Les serveurs, hébergés par une société externe, se sont écroulés à plusieurs reprises.

    Fait inhabituel, les résultats des élections municipales et cantonales ne sont parvenus aux journaux quotidiens que très tardivement dans la nuit du dimanche 10 mars au lundi 11, de façon incomplète, et avec des erreurs.

    ” La première ville de plus de 10 000 habitants est arrivée à 1 heure du matin, avec plus de trois heures de retard par rapport à nos prévisions “, explique ainsi José Bolufer, directeur des services informatiques du groupe Le Monde. Le Monde a fourni les résultats de 753 communes de plus de 10 00 habitants, au lieu des 891 prévues.

    Le ministère de l’intérieur refuse de parler de “bug”. Mais il a bien été victime d’une panne informatique majeure.

    Les résultats ont d’abord parcouru le chemin traditionnel : les mairies les ont envoyés, par téléphone ou par fax, dans les préfectures, qui les ont communiqués via un système Intranet au ministère. ” La synthèse s’est faite tout à fait normalement “, assure-t-on dans l’entourage de la ministre de l’intérieur, Michèle Alliot-Marie. Mais les serveurs, hébergés par une société externe, dont le ministère n’a pas voulu divulguer le nom, se sont écroulés à plusieurs reprises.

    DÉLESTAGE

    ” Dès 22 h 30, nous avons travaillé sur le système de secours, le ministère nous a proposé une adresse de délestage pour accéder aux données “, précise José Bolufer. Le système étant engorgé, les services de l’intérieur ont dû ressaisir les résultats. Le taux de participation définitif n’a été établi que lundi après-midi.

    Le prestataire, qui avait traité les élections présidentielle et législatives de 2007, utilise ” ce que l’on peut trouver de plus puissant “, assure Bertrand Maréchaux, directeur des systèmes d’information du ministère. Le fait que ce dernier donnait, pour la première fois, les listes complètes dans les villes de moins de 3 500 habitants, n’est pas de nature à fournir une explication convaincante, d’autant que ” la capacité de traitement avait été doublée “. M. Maréchaux confiait, lundi soir, n’avoir toujours pas trouvé ” de véritable explication technique “.

    Mme Alliot-Marie, rompant avec l’habitude de la plupart de ses prédécesseurs, s’est refusée dimanche à toute apparition publique pour donner les résultats et s’est contentée d’un communiqué diffusé à 23 h 13.


    http:// liesidotorg.wordpress.com/ 2012/04/22/ rien-ne-va-plus-les-jeux-so nt-faits/

    .
    .

    r-sister-NOM.jpg

    ...
    Seul un vote massif contre Sarkozy
    peut empêcher le détournement du résultat.

    Ou bien, relayer partout le plan

    pour le désamorcer !

     

    eva

     

    NB  J'avance une hypothèse, aussi :

    L'Oligarchie laisse cette fois Hollande l'emporter,

      et avec lui l'Opposition se noyer et se discréditer

    au plus fort de la crise,

    et l'UMP revient ensuite en sauveur

    avec un Sarkozy revigoré et aux dents

    encore plus longues, carnassières, et durables !

    Mais... quid des casseroles de "Super Sarko"

    avec une Eva Joly heureusement en embuscade

    et une Justice très remontée contre lui ?

    Avec Sarkozy, tout est possible ! 

     

     

    Affiche de campagne de Nicolas Sarkozy - Photo CC

     

     

    Je trouve à l'instant ce superbe extrait

    sur un enjeu particulier de cette Election 

    que ne soupçonnent pas les Français alors même qu'à la tête de leur pays se trouve le successeur de Reagan, Thatcher, Bush, Blair.

     

    Ce qui caractérise aussi Sarkozy, et c’est ici que la lutte se joue au niveau des symboles, c’est qu’il est l’espoir de la réaction au niveau mondial. Les Français, vivant dans un pays capitaliste et « mondialisé », en réalité pas très différent des autres, ne comprennent pas toujours bien comment la France est perçue à l’étranger. Elle y est vue comme le seul pays européen important qui résiste à l’hégémonie culturelle et politique américaine, qui continue à considérer l’égalité comme un idéal, et qui est un bastion de la laïcité. Bien sûr, comme toutes les images, celle-ci est à la fois surfaite et basée sur des réalités historiques. Néanmoins, la victoire de Sarkozy sera vue comme la victoire de la France de la Restauration, de Versailles et de Vichy sur l’autre France, celle de la Révolution, de la Commune et de la Libération, que les bourgeoisies du monde entier détestent. Jean Bricmont

     

    .

    http://www.legrandsoir.info/pourquoi-est-il-important-de-bloquer-sarkozy,16543.html

     

     

    .


    votre commentaire
  • Comment Sarkozy a tué le débat TV entre candidats


    300.513947-copie-4.jpg Il devait y avoir, cette semaine sur France 2, deux débats télévisés regroupant chaque fois 5 candidats. Mais Nicolas Sarkozy a imposé ses règles ce week-end. Résultat: les émissions se réduiront à un enchainement d'interviews.


    Ceux qui souhaitaient un grand débat télévisé regroupant les dix candidats à la présidentielle savaient déjà qu'ils n'y auraient pas droit. Mais depuis ce week-end, il est désormais acquis qu'ils n'auront droit à aucun débat du tout...
    Dans la première version, les dés étaient déjà pipés
    Il y a quelques jours, un accord avait été trouvé entre les prétendants à l'Elysée et France 2: l'organisation d'un débat à cinq candidats mercredi soir, et un second le lendemain avec les cinq autres candidats. Déjà dans cette première version, les dés étaient pipés: Sarkozy ne voulait pas de Le Pen sur son plateau, Hollande ne voulait pas de Mélenchon. Et pas question non plus de réunir autour de la table les deux candidats en tête des sondages. Mais ce week-end, coup de grâce !
    Sarkozy menace d'annuler sa participation
    L'Elysée est revenu vers France Télévision. Nicolas Sarkozy voulait tout simplement annuler sa participation. Discussions, négociations... et finalement, in extremis, les émissions ont été maintenues. Mais avec des règles imposées par le chef de l'Etat: 20 minutes par candidat, seul face à 3 journalistes. Pas avec ses concurrents. Ils ne se croiseront même pas dans les coulisses. Pour résumer, il n'y aura pas de débat d'avant premier tour...
    Source: RMC.

    Quatre ouvrages publiés par le M’PEP sont au cœur de l’élection présidentielle et des élections législatives. Vous pouvez les acheter chez votre libraire préféré ou les commander en cliquant sur les liens ci-dessous :

    .


    votre commentaire
  •  

     

    Plainte sur les sondages et la communication du gouvernement


    Source : Reuters

    12/03/2012 à 15:15 / Mis à jour le 12/03/2012 à 15:15

    Une plainte contre "X" pour favoritisme et détournement de fonds publics visant les dépenses de communication et de sondages du gouvernement français depuis 2007 a été déposée vendredi dernier à Paris par l'association anti-corruption Anticor, a-t-on appris lundi auprès de l'avocat de cette dernière.

    Cette procédure fait suite à un rapport de la Cour des comptes remis en octobre 2011.

    Ce texte montrait que les dépenses du gouvernement en communication sont passées de 95 millions d'euros par an en 2006 à 133 millions d'euros en 2010, soit une hausse de 41%, et dénonçait le non-respect de règles sur les marchés publics. Le total des dépenses pour la période est d'environ 600 millions d'euros.

    Le rapport de la Cour mettait en cause les conditions de passation de marchés sans appels d'offres et visait notamment un bénéficiaire, la société Giacometti-Péron, dont l'un des dirigeants, Pierre Giacometti, qui travaille actuellement pour Nicolas Sarkozy.

    Anticor vise Matignon dans sa plainte, transmise au procureur de Paris, car, sans mise en concurrence, trois contrats successifs ont été passés par le Secrétariat général du gouvernement avec la Société Giacometti-Péron entre mai 2008 et juillet 2011 pour un montant total de 694.059 euros.

    Ces sommes ont financé, selon les contrats cités par la Cour des comptes, "l'élaboration et la présentation des diagnostics hebdomadaires synthétiques basés sur les différents matériaux d'information relatifs au gouvernement et sur la veille média" et "l'accompagnement des investissements du cabinet du Premier ministre en matière d'achat d'étude".

    L'association vise par ailleurs le délit de "détournement de fonds publics" pour des études sans utilité, selon elle, pour l'administration, comme des sondages sur l'image des militaires, l'intervention en Afghanistan et surtout l'image des ministres.

    Sont notamment visées deux enquêtes commandées en juillet et novembre 2007 pour 60.948 euros sur l'image de la ministre de la Justice d'alors, Rachida Dati, mais aussi sur "la manière dont les médias parlent de Rachida Dati depuis qu'elle est ministre".

    Il est aussi question dans la plainte d'analyses commandées de 2007 à 2010 par le ministère de l'Ecologie pour mesurer la popularité de Jean-Louis Borloo pour un coût de 23.920 euros.

    Le procureur de Paris pourra soit ordonner une enquête, soit classer la plainte d'emblée sans suite. Dans ce dernier cas, Anticor pourra saisir un juge d'instruction pour une nouvelle analyse.

    Thierry Lévêque, édité par Yves Clarisse

    http://www.capital.fr/a-la-une/actualites/plainte-sur-les-sondages-et-la-communication-du-gouvernement-704418?xtor=EPR-226


    votre commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique