• Désinformation, ou la « magie » du mensonge : Comment ça marche

    Désinformation, ou la « magie » du mensonge : comment ça marche

    Traduction : Parti pirate Rhône-Alpes

    lies
    © Inconnu

     

    Il fut un temps, pas si éloigné (relativement parlant), où les gouvernements et les élites qui les contrôlaient ne trouvaient pas nécessaire de s'impliquer dans des guerres de désinformation.

    La propagande était relativement rudimentaire. Les mensonges étaient beaucoup plus simples. Le contrôle de la circulation de l'information était facilement réalisable. Les règles étaient appliquées grâce à la menace de confiscation et d'exécution pour tous ceux qui s'écartaient de la rigide structure socio-politique. Ceux qui avaient des informations théologiques, métaphysiques ou scientifiques non conformes à la vision dominante étaient torturés et massacrés. Les élites gardaient les informations pour elles et les cachaient aux yeux du public, parfois pendant des siècles avant qu'elles ne soient redécouvertes.

    Avec l'avènement de l'anti-féodalisme, et surtout le succès de la révolution américaine, les élites ne sont plus en mesure de dominer l'information avec le tranchant d'une lame ou le canon d'un fusil. L'établissement des républiques, avec leur philosophie de gouvernement ouvert et régi par le peuple, ont contraint les minorités aristocratiques à utiliser des moyens plus subtils de dissimulation de la vérité et ainsi maintenir leur emprise sur le monde sans s'exposer aux représailles des masses. C'est ainsi qu'est né l'art complexe de la désinformation.

    La technique, la "magie" du mensonge, a été affinée et perfectionnée. Les mécanismes de l'esprit humain et de l'âme humaine sont devenus une obsession sans fin pour le pouvoir en place.Le but était malicieux, mais socialement radical ; au lieu de dépenser une énergie immense nécessaire pour dicter la forme et l'existence de la vérité, on l'a poussée à la dérive, obscurcie dans un nuage de données contradictoires. On l'a enroulée dans un nœud gordien de désorientation, à la fabrication si élaborée qu'il était certain que les masses s'y soumettraient, abandonnant bien avant de pouvoir découvrir la supercherie. Le but n'était pas de détruire la vérité, mais de la dissimuler.

    Dans les temps modernes, et avec des méthodes savamment pensées, ce but a été pour la plus grande partie atteint. Cependant, ces méthodes ont aussi des faiblesses inhérentes. Les mensonges sont fragiles. Ils requièrent une attention constante pour les garder en vie. L'exposition d'une seule vérité peut déchirer un océan de mensonges, l'évaporant instantanément.

    Dans cet article, nous allons examiner les méthodes utilisées pour développer et promouvoir la désinformation, mais aussi comment identifier les racines de la désinformation et comment les couper, asséchant une bonne fois pour toutes le système dans sa globalité.

    Méthodes de désinformation des médias

    Les principaux médias, d'abord chargés d'enquêter sur la corruption du gouvernement et de garder un œil sur les élites, sont maintenant devenus rien moins que des entreprises de relations publiques pour corrompre les officiels et leurs maîtres mondialistes. Les jours où les "journalistes d'investigations" étaient légitimes sont révolus (si tant est qu'ils l'aient jamais été) et le journaliste lui même s'est avili dans le milieu rance des soit-disantes "TV éditorialistes" qui traitent leurs opinions sans fondement comme des faits avérés.

    Le fonctionnement journalistique par cooptations des élitistes s'est développé d'une manière ou d'une autre depuis l'invention de l'imprimerie. Cependant, les premières méthodes de désinformation médiatique ont réellement vu le jour sous la supervision du magnat de la presse William Randolph Hearst, qui croyait que la vérité était "subjective" et ouverte à son interprétation personnelle. Quelques unes des principales tactiques utilisées par les principaux médias pour induire en erreur les masses sont :

    Mentir bruyamment, se rétracter discrètement : Il est de notoriété publique que les principaux médias (en particulier la presse écrite) colportent des nouvelles délibérément mensongères et sans fondements en première page avant se rétracter discrètement en toute dernière page s'ils se font prendre. Dans ce cas, le principe est de mettre le mensonge sur les rails de la conscience collective. Ainsi quand le mensonge est découvert, il est déjà trop tard et une large partie de la population ne s'en apercevra pas ou ne prêtera pas attention à la vérité.

    Des sources non validées ni confirmés comme des faits : Les dépêches citent souvent des sources "anonymes", des sources gouvernementales qui poursuivent leurs intérêts et ont un parti pris évident, ou des "experts" sans apporter de point de vue "d'experts" alternatifs . Les informations fournies par ce type de sources ne sont généralement fondées sur rien d'autre qu'une foi aveugle.

    Mensonge par omission : Ou information sélective. Une simple information ou un fond de vérité peut suffire à faire dérailler un train entier de désinformation, alors plutôt que d'essayer de la maquiller, ils préfèrent simplement nier son existence. Quand le fait est omis, le mensonge peut apparaître totalement rationnel. Cette tactique est largement utilisée quand des agents de désinformation et des journalistes véreux engagent une discussion ouverte.

    Diversion, et la construction de la pertinence : Parfois la vérité éclate à la conscience du public malgré tout ce que peuvent faire les médias pour la dissimuler. Quand cela arrive, leur seul recours est de tenter de dévier l'attention des gens et ainsi de les détourner de la vérité qu'ils étaient si proches d'atteindre. Les médias accomplissent cela en "sur-informant" sur un sujet qui n'a aucun rapport avec le problème plus important dont il est question. Comble de l'ironie, ils peuvent se permettre de traiter ainsi, ad nauseum, un problème secondaire parce que beaucoup d'Américains supposent que si les médias n'arrêtent pas d'en parler, c'est que cela doit être important !

    Tactiques de débats malhonnêtes : Parfois, des personnes qui sont vraiment impliquées dans la recherche par l'Américain moyen d'une information honnête, légitime et centrée sur les faits parviennent à émerger et à apparaître à la télévision. Cependant, elles parviennent rarement à exprimer leurs opinions ou leurs points de vues sans se heurter à un mur de tromperies et de propagandes soigneusement construit. Comme les médias savent qu'ils perdront leur crédibilité s'ils n'invitent pas parfois des invités avec des points de vue opposés au leur, ils organisent et chorégraphient des débats télévisuels spéciaux, dans des environnements très anxiogènes qui mettent l'invité sur la défensive et rendent difficile de véhiculer clairement les idées ou les faits.

    Les experts vus à la télévision sont souvent formés à ce qu'on appelle la "tactique Alinsky". Saul Alinsky était un relativiste moral et le champion de l'utilisation du mensonge comme outils pour le plus grand bien ; il était essentiellement une mouture moderne de Machiavel. Ses "règles applicables aux radicaux" était supposément destinées aux activistes de base qui s'opposaient à l'ordre établit et insistait sur l'utilisation de tous les moyens nécessaires pour vaincre l'opposition politique ( à l'ordre établi - note de traduction).

    La stratégie d'Alinsky ? Gagner à tout prix, même s'il faut mentir.

    Les techniques d'Alinsky ont été adoptées par différents gouvernements ainsi que par des spécialistes de la désinformation à travers le monde. Mais c'est durant les débats télévisés qu'elles sont les plus visibles. En effet - alors qu'Alinsky préconise le besoin de confrontation au sein de la société, les techniques de débats sont conçues pour étouffer la réalité et l'honnêteté, notamment par la ruse et la diversion. Les techniques d'Alinsky et leurs pratiques modernes, peuvent être résumées de la façon suivante :

    1) Le pouvoir n'est pas seulement celui que vous avez réellement, mais aussi celui que l'ennemi pensent que vous avez.

    Cette tactique peut se décliner de plusieurs manières. Par exemple, en présentant votre propre mouvement comme la référence, et celui de vos opposants comme marginaux. En convainquant votre opposant que son combat est futile. Vos opposants peuvent changer de ligne, ou carrément renoncer à agir, en se basant sur ce qu'ils pensent être votre pouvoir. Combien de fois n'avons nous pas entendu l'antenne : "Le gouvernement a des drones prédateurs. Nous ne pouvons rien faire contre ça ...". Il s'agit d'un affichage d'invincibilité exagérée destiné à engendrer la passivité.

    2) Ne jamais sortir du cadre de votre expérience, et chaque fois que cela est possible, faire sortir l'adversaire du sien.

    Ne pas commencez un débat sur une thématique que l'on ne maîtrise pas aussi bien, si ce n'est mieux, que son adversaire. Il vaut même mieux faire en sorte que son adversaire se retrouve dans cette position d'absence de maîtrise voire de méconnaissance totale du sujet. Cherchez la moindre faille permettant de créer et d'exploiter un sentiment d'insécurité, d'anxiété et d'incertitude chez l'adversaire. Cette approche est couramment utilisée dans les interviews d'émissions de télévision du câble, qui doivent générer de l'audimat. La victime est alors déstabilisée et perdue, ne sachant pas comment contre-carrer les arguments qui viennent de lui être opposés. Cette technique est également utilisée à la radio afin de gaspiller le temps de parole de la victime et l'empêcher d'exprimer ses propres positions.

    3) Forcer l'ennemi a abandonner sa ligne de conduite.

    L'objectif est de mettre à mal la réputation et la crédibilité de la victime en l'accusant d'hypocrisie. Si l'attaque parvient à exploiter une infime part des effets que peut avoir cette accusation sur sa victime, cela créera une brèche pour de futures attaques et la discréditera si elle s'exprime de façon plus générale sur des questions de moralité.

    4) Le ridicule est l'arme la plus puissante.

    "Ron Paul est cinglé" "Ils sont fous" " "Les constitutionnalistes sont des extrémistes". Les moqueries sans fondement sont presque impossibles à contrer, justement parce qu'elles sont sans fondement objectif. Cela enragera l'opposition, qui va alors réagir à votre avantage. Cela fournit également un point de pression, qui permet d'obliger l'ennemi à faire des concessions.

    5) La bonne tactique est celle qui plaît à votre camp.

    La démocratisation du terme "Teabaggers" est un exemple classique : cela fonctionne parce que les personnes semblent penser que c'est futé et se plaisent à le répéter. Il faut garder des expressions simples et amusantes, cela garde les équipes motivées et aide la propagation de vos techniques, sans avoir besoin de les y aider ou de les encourager.

    6) Prolonger indéfiniment une tactique la rend obsolète.

    Voyez la règle n°5. Ne devenez pas obsolète. Si vous utilisez de nouvelles techniques régulièrement, il sera plus simple de garder les gens actifs. Tous les agents de désinformation ne sont pas payés. Les "idiots utiles" doivent être motivés d'une autre façon. La désinformation destinée au grand public doit être régulièrement remplacée par une nouvelle et ainsi de suite.

    7) Utilisez différentes actions et tactiques pour maintenir la pression et utiliser tous les évènements pour votre propre intérêt.

    Essayer constamment de nouvelles choses afin de tenir à distance l'opposition. Si cette dernière maîtrise une approche frontale, attaquez-là en biais. Ne donnez jamais à votre cible l'occasion de résister, de réunir ses forces, de se relever ou d'organiser une autre stratégie. Prenez l'avantage sur les événements et renversez-les, de façon à ce qu'ils maintiennent votre position. Ne gâchez jamais une bonne crise.

    8) La menace est souvent plus terrifiante que la chose elle-même.

    Ça va de concert avec la règle numéro 1. La perception devient la réalité. Permettez à l'opposition de dépenser toute son énergie dans des interrogations sur un scénario ingérable. Les possibilités peuvent facilement empoisonner les esprits et finir en démoralisation.

    9) Le fondement majeur d'une stratégie est le développement des opérations qui maintiendront une pression constante sur l'adversaire.

    L'objectif de cette pression est d'obliger l'adversaire à réagir et à faire des erreurs. Cela est essentiel pour réussir une campagne.

    10) Si vous appuyez suffisamment fort et profondément, cela brisera toute résistance.

    Les techniques d'Alinsky sont considérées comme figurant parmi les bases de l'activisme. Historiquement, elles ont - par exemple - été utilisées par le mouvement ouvrier ou pour couvrir certaines opérations spéciales. L'idée est d'obliger l'opposition à réagir violemment contre les activistes et donc générer de la sympathies envers ses derniers et leurs causes. A l'heure actuelle, de fausses bases de révolutionnaires utilisent cette technique dans les débats, de même que des actions planifiées dans les rues, à l'image de ce qui se passe en Syrie.

    11) Le prix d'une attaque réussie est une alternative constructive.

    Ne laissez jamais l'ennemi marquer des points parce que vous vous êtes laissé piégé. Aujourd'hui, cela est très souvent utilisé comme moyen de défense contre des activistes légitimes, comme par exemple, les opposants de la Réserve Fédérale. Insistez sur le fait que votre adversaire souligne parfaitement bien le problème et demandez leur à ce qu'il offre LA solution et non une solution parmi tant d'autres. En vérité, personne ne détient cette solution miracle et lorsqu'il échouera à produire le prodige demandé, discréditez son argumentaire en insistant sur l'inutilité des faits qu'il a soulevés.

    12) Choisissez la cible. Bloquez-la. Adaptez votre stratégie et tirez.

    Coupez les réseaux de soutien et isolez la cible de ses sympathisants. Les supporters de la cible devront s'exposer eux même. Poursuivez les individus, pas les organisations ou les institutions. Les gens sont plus rapidement blessés que les institutions.
    La prochaine fois que vous verrez un débat, observez attentivement les experts. Vous vous apercevrez certainement que tout leurs discours est fait pour cacher la vérité.

    Les méthodes de désinformation appliquées à Internet

    Les trolls internet, aussi connus comme les "posteurs payés" ou les "bloggeurs payés", sont employés de façon croissante et décomplexée, tant par les entreprises privées que par les Gouvernements, souvent dans les directions marketing ou de communication ( Obama est lui-même reconnu pour cela).

    Quoiqu'il en soit, le troll sur Internet est une industrie à essor rapide.

    Les trolls utilisent une grande variétés de stratégies, dont certaines sont spécifiques à Internet. En voici quelques unes :

    1) Faire des commentaires injurieux afin de distraire ou de frustrer. L'une des techniques d'Alinsky consiste à jouer sur le fibre émotionnel des personnes, mais si cela peut s'avérer moins efficace du fait de la nature même du Web.

    2) Se poser en partisan de la vérité, puis faire des commentaires qui discréditent le mouvement : nous avons vu cela même sur nos propres forums - les trolls se positionnent en ardents défenseurs du Mouvement Libertaire puis postent une longue et incohérente diatribe de telle manière qu'ils apparaissent racistes ou fous. La clef de cette tactique est de faire des références à des arguments communs en faveur du Mouvement Libertaire tout en babillant des non-sens, afin de faire apparaître ces mêmes arguments, par ailleurs tout à fait valides, comme ridicules par association. Dans certains cas extrêmes, ces "Troll façon chevaux de Troie" sont connus pour faire des posts incitant à la violence - une technique déjà utilisée pour consolider de fausses allégations sur certains think thanks comme le Southern Poverty Law Center, qui soutiennent que les Constitutionnalistes devraient être apparentés à des terroristes.

    3) Dominer la Discussion : Les trolls se lancent dans des discussions en ligne productives afin de pouvoir éjecter et frustrer les gens qui s'impliquent.

    4) Réponses Pré-écrites : Beaucoup de trolls sont équipés d'une liste ou d'une base de données avec des réponses préparées aux arguments honnêtes, conçues pour êtres généralistes et trompeuses. Quand ils interviennent, leurs mots semblent étrangement artificiels et bien rodés.

    5) Fausse Association : Cela fonctionne de pair avec le point n°2, en invoquant continuellement les stéréotypes établis par le "troll cheval de Troie". Par exemple : appeler ceux qui sont contre la Réserve Fédérale des "conspirationnistes", ou des "lunatiques" ; associer délibérément les mouvements antimondialistes avec les racistes et les terroristes locaux, en raison de la connotation négative inhérente ; et utiliser de fausses associations pour provoquer des biais et dissuader les gens d'examiner les preuves de manière objective.

    6) Fausse Modération : Prétendre être la "voix de la raison" avec un argument ayant des aspects évidents et bien définis afin d'éloigner les gens de ce qui est clairement vrai vers une "zone grise" ou la vérité devient "relative".

    7) Argument de "l'épouvantail" : une technique très commune. Le troll accusera son opposition de souscrire à certains points de vue, même si ce n'est pas le cas, puis attaquera ce point de vue. Sinon, le troll imputera à tort des propos à son opposition pour mieux réfuter ensuite ces mêmes propos.

    Parfois, ces stratégies sont utilisées par le tout-venant ayant de sérieux problèmes de personnalité. Cependant, si vous voyez quelqu'un qui utilise ces tactiques régulièrement, ou utilise beaucoup d'entre elles en même temps, il est possible que vous ayez affaire à un troll professionnel, payé pour pratiquer la désinformation sur Internet.

    Stopper la désinformation

    La meilleure manière pour désarmer les agents de désinformation est de connaître leurs méthodes de fond en comble. Cela nous donne la capacité de souligner exactement ce qu'ils font dans le détail au moment où ils essaient de le faire. Mettre à jour une tactique de désinformation alors qu'elle est utilisée discrédite complètement la personne qui l'emploie. Cela lui donne l'air stupide, malhonnête et faible pour avoir simplement essayé. Les Trolls du web, tout particulièrement, ne savent pas comment réagir lorsque leurs méthodes sont déconstruites sous leurs yeux et, en général, ils se replient et fuient le débat lorsque cela arrive.

    La vérité est précieuse. Il est triste qu'il y ait autant de personnes dans notre société qui aient perdu leur respect pour elle, qui aient troqué leur conscience et leur âme pour un confort financier temporaire, en sacrifiant dans le processus la stabilité et l'équilibre du reste du pays. La psyché humaine ne peut respirer que l'air de la vérité. Sans elle, l'humanité est condamnée. Sans elle notre espèce s'effondrera, affamée par le manque de subsistance intellectuelle et émotionnelle.

    La désinformation ne menace pas simplement notre appréhension du monde ; elle nous rend vulnérable à la peur, l'incompréhension et le doute : toutes ces choses mènent à la destruction. Elle peut conduire des gens bons à commettre de terribles atrocités contre les autres, ou même contre eux-mêmes. Sans des efforts organisés et concertés pour révéler les mensonges produits en masse, l'avenir paraîtra bien morne.

     

    http://fr.sott.net/article/10346-Desinformation-ou-la-magie-du-mensonge-comment-ca-marche

     

     

     

    ------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

     

     

     

    Lire ma colère ici :

     

    Colère de Chantal Dupille ("eva-R-sistons") contre la société de l'Argent

    Debout, camarades ! Plus que jamais, disons non à l'intolérable, résistons !

    ALERTE ! Over-blog pollue les blogs qu'on lui confie !

     

    .


  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :