• Affaire Janett Seemann : Entre terreur d’Etat et propagande - RRR - 1° Janvier 2013

    http://www.pedopolis.com/blog/do/tag/janett-seemann/

    janett-seemann-70-jours.jpgLe point sur les dernières nouvelles

    Au passage du nouvel an, la situation est loin de s’arranger pour Janett Seemann. L’enquêtrice indépendante avait présenté une demande de libération le 13 décembre 2012, laquelle fut rejetée le 19 décembre par le juge d’instruction Gérard Flamant.

    Janett Seemann passe donc  les fêtes de fin d’années dans sa cellule. Elle fit savoir, lors d’une courte conversation téléphonique avec son frère Christian, que son moral flanchait. Et on l’imagine sans peine…

    Car, au comble du machiavélisme, le jour où l’activiste pour les Droits de l’Enfant apprenait le rejet de sa demande de libération, elle apprenait devoir se soumettre à une expertise psychiatrique ! Il lui fut précisé que celle-ci interviendrait avant la fin février. Et cette précision n’est pas innocente, s’agissant d’un sous-entendu qui confirme cette « condamnation d’office » à quatre mois de « détention provisoire » à l’encontre de Janett Seemann.

    C’était d’ailleurs la seule information que les parents de Janett Seemann, s’enquérant fin octobre du sort de leur fille auprès de leur consulat, reçurent en réponse.

     

    Lire la suite: http://smrrr.wordpress.com/2013/01/01/affaire-janett-seemann-entre-terreur-detat-et-propagande/

     

    .


    votre commentaire
  • Syrie. Incroyable barbarie des amis de François Hollande : Un chrétien décapité…

    (tous les jours, des Chrétiens sont traités comme ça dans la Syrie libérée par les amis des sayanims Hollande-Fabius ! Note d'eva)


    Publié le 30 décembre 2012

    2

     

    CHRETIENS D'ORIENT

    CHRETIENS D’ORIENT


    …Parce que chrétien.

    Diantre.

    L’incroyable barbarie des amis de François Hollande se poursuit sans relâche et personne en Occident, hormis ce médias australien, n’est prêt à révéler les atrocités de ces barbares d’Allah qui profanent la mémoire du prophète, violent les règles élémentaires de l’Islam. Cette affaire se passe de commentaire. En Syrie désormais, les villages chrétiens sont envahis par des terroristes qui les chassent de leurs maisons, les hommes toujours enlevés pour l’exigence d’une rançon… etc. Est-ce ça la révolution, la démocratie qu’ils réclameraient ? Que nenni.

      

    Andrei Arbashe est un jeune homme, chrétien, qui venait de se marier et dont l femme attend un heureux évènement: la naissance de leur premier enfant. Hélas, il est tombé aux mains des soi disant rebelles syriens, des terroristes de multiples nationalités qui n’ont rien à voir avec la Syrie. Comme le rapporte le journal australien The Australian News (article payant), les terroristes n’ont pas seulement décapité le jeune homme parce qu’il était chrétien mais, ils ont donné sa dépouille aux chiens, le privant de sépulture.

     

    A l’allure où vont les choses, ceux qui organisent le génocide des chrétiens en Syrie, la France, l’Angleterre, les Etats-Unis, le Qatar, l’Arabie saoudite, méritent un Nuremberg bis. Trop c’est trop. On leur tend la main, ils disent non. Leur envie réside à la destruction pure et simple de la Syrie. Mais, pour quel but ??? Où sont donc les journalistes ? Comment peuvent-t-ils rester silencieux face à ceux qui refusent la paix et qu’ils continuent de soutenir ?

    «Ils l’ont décapité, coupé en morceaux et nourri les chiens avec sa dépouille», a déclaré Agnès-Mariam de la Croix, mère supérieure du couvent de Saint-Jacques-le-Mutilé entre Damas et Homs.

     

    http://allainjules.com/2012/12/30/scoop-syrie-incroyable-barbarie-des-amis-de-francois-hollande-un-chretien-decapitee/

     




    votre commentaire
  •  

    medvedev-iran

    http://www.algerie1.com/actualite/nucleaire-iranien-le-president-medvedev-denonce-les-va-t-en-guerre/attachment/medvedev-iran/

    Dmitri Medvedev juge « inacceptable » la reconnaissance de la France à l’opposition syrienne

    Le chef du gouvernement russe a été reçu par François Hollande mardi 27 novembre à l’Élysée.

    Dmitri Medvedev a jugé « tout à fait inacceptable au regard du droit international » la reconnaissance accordée par la France à l’opposition syrienne.

    La France et la Russie ne cachent en rien leur différend sur la guerre en Syrie. À la veille de sa visite de travail à Paris lundi 26 et mardi 27 novembre, le chef du gouvernement russe, Dmitri Medvedev, a marqué son désaccord avec la reconnaissance officielle donnée par la France à la Coalition de l’opposition syrienne comme unique représentant du peuple syrien. Le premier ministre russe doit aborder le dossier syrien avec le président français, François Hollande, 27 novembre à l’Élysée.

    « La question est de savoir dans quelle mesure il est juste de prendre la décision de soutenir une force politique en opposition ouverte avec le gouvernement actuel, reconnu officiellement, d’un pays tiers. Au regard du droit international, il me semble que c’est tout à fait inacceptable », a estimé Dmitri Medvedev, dans un entretien à l’AFP et au Figaro : « Le souhait de changer de régime politique dans un autre État en reconnaissant certaines de ses composantes politiques comme seules représentantes légitimes ne me semble pas très civilisé. »

    « Je rappelle que selon les principes du droit international approuvés par l’ONU en 1970, aucun État ne doit entreprendre d’action visant au renversement par la force du régime en place dans un pays tiers », a ajouté le premier ministre russe, assurant que « la Russie ne soutient ni le régime Assad, ni l’opposition » : « Nous avons une position neutre. »

    Seul représentant légitime

    François Hollande a reçu le 17 novembre le président de la Coalition nationale des forces de l’opposition syrienne, Ahmad Moaz Al-Khatib. Cette coalition a été formée dimanche 11 novembre à la suite d’une rencontre à Doha (Qatar) des représentants de l’opposition syrienne. La France a été le premier État européen à reconnaître la nouvelle coalition de l’opposition en tant qu’unique représentant légitime du peuple syrien. François Hollande n’a par ailleurs pas exclu que des armes puissent être fournies aux insurgés une fois que les adversaires de Bachar Al Assad auront formé un gouvernement. Depuis le Royaume-Uni, la Turquie et les monarchies du Golfe ont emboîté le pas à la France. La coalition a nommé un « ambassadeur » à Paris et à Londres.


    Le ministre russe des affaires étrangères, Sergueï Lavrov, avait critiqué la légitimité de cette coalition, signalant que les militants de l’opposition « intérieure » n’avaient pas pris part à la réunion de Doha. Le chef de la diplomatie russe avait aussi critiqué ouvertement que la coalition de l’opposition refuse de dialoguer avec le régime de Bachar Al Assad.

     

    SÉBASTIEN MAILLARD

     

    http://www.la-croix.com/Actualite/S-informer/Monde/Dmitri-Medvedev-juge-inacceptable-la-reconnaissance-de-la-France-a-l-opposition-syrienne-_NG_-2012-11-27-880839

     

    .

    Le droit international permet-il de soutenir ouvertement l’opposition armée en Syrie ?
    Marinella Correggia

    6 décembre 2012

    Article en PDF : Enregistrer au format PDF

    Pour un juriste reconnu expert en droit international, la réponse est claire...

     

    « Le droit international ne permet pas aux Etats de reconnaître des rebelles qui luttent contre le gouvernement reconnu ». Curtis Doebbler, - juriste reconnu enseignant à l'université Webster de Genève, avocat expert en droit international pendant la guerre de l'OTAN contre la Libye pour appuyer les rebelles du CNT - a souligné plusieurs fois la totale illégitimité de l'utilisation de la force contre le pays nord-africain (http://www.counterpunch.org/2011/03...).

    Et la Syrie ? La « coalition nationale syrienne pour les forces révolutionnaires et d'opposition », née il y a quelques jours à Doha sous les auspices des monarques du Golfe (Arabie Saoudite, Qatar, Emirats, Koweït, Oman et Bahreïn) et des puissances occidentales, a demandé à l’UE et aux USA la reconnaissance officielle et la fourniture directe d'armes et d'argent, pour pouvoir renverser par la guerre le régime de Damas. La Coalition en effet refuse tout dialogue. Les monarchies du Golfe, la France et l’Angleterre l'ont déjà reconnue comme « unique représentant légitime du peuple syrien » (et la Ligue Arabe l'a reconnue comme interlocuteur, avec l'abstention de l'Algérie et de l'Irak ; l’Italie aussi a reconnu la Coalition comme légitime représentant du peuple syrien, bien que pas le seul à présent).

    La France - qui avait été le premier pays à reconnaître le CNT libyen en mars 2011 - discutera de la fourniture d'armes avec les partenaires européens dans les prochaines semaines. Même le premier ministre britannique David Cameron, de même que Barak Obama, sont en train de prendre en considération l'idée d'armer officiellement leurs alliés syriens.

    De la même façon que le CNT libyen, l'opposition armée syrienne (et les groupes politiques qui la soutiennent) refuse une présence militaire au sol mais demande depuis toujours des appuis militaires. La Russie et la Chine continueront peut-être à empêcher une intervention directe.

    Mais la fourniture d'armes et de ressources serait-elle légale, puisqu'on entend toujours le même refrain : le prétexte de la « protection des civils », autrement dit, que les groupes armés sont là uniquement pour sauver la vie des civils).

     Doebbler répond :

    « Reconnaître une force d'opposition n'est pas illégal parce que c'est une décision qui relève de la compétence nationale, toutefois toute action entreprise pour soutenir l'usage de la force de la part de groupes armés contre le gouvernement légitime est illégale et une grave violation du droit international. Un État qui soutient l'usage de la violence contre un autre État est responsable en droit international des dommages causés. De plus il est interdit à tout autre État de la communauté internationale de reconnaître une situation créée par cette violation du droit. Le soutien aux groupes armés en Syrie est illégal parce que ceux-ci utilisent la force contre un gouvernement reconnu ».

    La seule exception, poursuit Doebbler, « consiste dans le fait que les opposants armés se reconnaissent comme mouvement de libération nationale. Ils devraient démontrer alors qu'ils sont opprimés à un point tel que l'exercice de leur droit à l'autodétermination a rendu nécessaire l'usage de la force, unique instrument pour atteindre ce droit. Mais l'opposition soutenue par l'étranger a eu beaucoup d'occasions de participer au gouvernement en Syrie et le régime affirme être prêt à accorder d'autres droits de participation. Non seulement les rebelles soutenus par l'étranger ne représentent pas un groupe clairement défini de la population syrienne, pas plus qu'une majorité. Ils peuvent donc être définis au mieux comme acteurs par procuration des puissances étrangères qui essayent d'intervenir en Syrie pour un changement de régime. Ceci viole différentes obligations : la non-ingérence dans les affaires intérieures d'autres Etats sur base de l'art. 2, al. 7 de la Charte de l'ONU et l'abstention de l'emploi de la force dans l'art. 2 al. 41, l'un des principes les plus importants du droit international. Le 27 juin 1986, les États-Unis ont été condamnés par la Cour internationale de justice de La Haye pour avoir violé ces principes au Nicaragua ».

    Dans cet arrêt, la Cour présidée par un juge indien a repoussé par 12 voix contre 3 la justification de l'autodéfense et a décidé que les USA avaient violé : l'obligation de non-ingérence en armant et en finançant les contras nicaraguayens ; l'obligation de ne pas exercer l'usage de la force en attaquant le territoire nicaraguayen en 1983-84 ; l'obligation de respecter la souveraineté et le commerce pacifique, en minant les eaux territoriales.

     

    .http://www.michelcollon.info/Le-droit-international-permet-il.html

     

    .

    Syrie : Medvedev donne une leçon de droit international à la France

     

    Le soutien apporté par la France à la coalition nationale de l’opposition syrienne est « très discutable » et juridiquement inacceptable, a déclaré lundi le Premier ministre russe Dmitri Medvedev, qui sera lundi à Paris pour une visite de travail.

    « Conformément aux principes du droit international approuvés par l’Onu, aucun pays ni aucun État ne doit entreprendre d’action visant à renverser par la force le régime en place dans un pays tiers. Du point de vue du droit international, il est inadmissible de soutenir une autre force politique lorsque celle-ci se retrouve être le principal adversaire du gouvernement légitime d’un pays », a déclaré le chef du gouvernement russe.

    Dmitri Medvedev a rappelé que la Russie, contrairement à ce qui est dit, « ne soutient ni le régime Assad ni l’opposition : « Nous avons une position neutre », a assuré le Premier ministre russe en soulignant que la seule solution était l’ouverture de négociations entre les parties en conflit et l’organisation de nouvelles élections. Selon lui, « Moscou n’a aucune envie de voir la Syrie disloquée, provoquant un nouveau foyer de tension au Proche-Orient. Cela profiterait à coup sûr aux extrémistes religieux ».

    Quant à la poursuite des livraisons d’armes russes à la Syrie, M. Medvedev a affirmé que « cette coopération militaire a toujours eu un caractère légal », et a souligné par ailleurs qu’il n’y avait pas d’embargo de l’Onu sur les livraisons d’armes à la Syrie.


    Source : RIA Novosti

    Posté par paslanguedebois à 11:53 - -

    .

    .http://sanscensure2.canalblog.com/tag/r%C3%A9-islamisation

     

    ..

    Syrie: la bataille de l'info

    La Syrie, victime d'un complot : une preuve de plus - Bahar Kimyongür

    Syrie : les rebelles menacent d'un génocide à l'arme chimique - Bahar Kimyongür

    Bachar al-Assad, la Syrie et la vérité sur les armes chimiques - Robert Fisk

    Syrie : Reuters commet une erreur de traduction qui cache une horreur de tradition - Bahar Kimyongür

    Une confirmation que nos médias se foutent du peuple syrien - Bahar Kimyongür

    Le F-35 déséquilibre le budget - Manilo Dinucci

    Dabh al majrour ! Égorgez devant les égouts ! - Bahar Kimyongür

    Le droit international permet-il de soutenir ouvertement l'opposition armée en Syrie ? - Marinella Correggia

     

    .

     

    L’Arabie Saoudite envoie des condamnés à mort combattre en Syrie
    11 décembre 2012 | .

     

    Rebel Prisoners on Their Religious War, by Tim Marshall
    International jihadists operating in Syria
    11 December 2012 | Tim Marshall, Sky News Foreign Affairs Editor, gains rare access to a prison where he finds evidence that international jihadists are operating in Syria.
     

     

    .

     



    votre commentaire
  •   http://www.wordsfusion.com/?attachment_id=1667

       

    Israel and Gaza Conflict

    ALERTE ROUGE

    L'ARMEE DE L'AIR ISRAELIENNE

    EN STAND BY Pour Frapper

    Les Sites D'Armes Chimiques De La Syrie

     

    Tout le buzz médiatique actuel autour de la dangerosité des armes chimiques de la Syrie aux mains d'Assad vise à justifier une attaque israélienne contre ces sites. Israël a déjà demandé deux fois ces deux derniers mois la permission à la Jordanie de survoler son territoire pour ce faire. Cette dernière a refusé. Israël s'apprêterait donc à attaquer directement la Syrie avec le feu vert des US, UE, OTAN qui pourrait intervenir en lançant une guerre "humanitaire " aérienne à la libyenne pour liquider Assad.

     

     

    ALERTE ROUGE L'ARMEE DE L'AIR ISRAELIENNE EN STAND BY Pour Frapper Les Sites D'Armes Chimiques De La Syrie

     

    Selon un article publié le 03/12/2012 dans The Atlantic de Jeffrey Goldberg intitulé "Israel Asked Jordan for Approval to Bomb Syrian WMD Sites" " Israël a demandé l'autorisation à la Jordanie pour bombarder des sites d'ADM syriens". Comme son titre l'indique le régime juif sioniste a demandé à la Jordanie de survoler son territoire pour effectuer ses bombardements.

    Ci dessous la traduction de cet article

    L'inquiétude grandit concernant l'éventualité que Bashar Al Assad désespéré utilise des armes chimiques contre ses ennemis qui proliférent rapidement. La secrétaire d'état Hillary Clinton a mis en garde Assad qu'une telle utilisation d'armes chimiques ce serait franchir la ligne rouge des US : " Je ne vais pas télégraphier les détails de ce que nous ferons au cas où on a des preuves crédibles que le régime d'Assad a utilisé des armes chimiques contre leur (?ndlt) propre peuple. Mais il suffit de dire que nous planifions certainement d'agir."

    Ce nouveau niveau d'inquiétude a surgi suite à des informations comme quoi les forces d'Assad avaient déplacé des armes chimiques selon David Sanger et Eric Schmitt dans The Times. Selon leurs informations un responsable américain leur a dit que " les activités que nous voyons suggérent une préparation potentielle d'armes chimiques" bien que ce responsable " ait refusé de donner plus de détails de ce que ces préparations impliquaient".

    Les US ne sont pas les seuls à s'inquiéter de cette utilisation possible d'armes chimiques. Des officiers des services secrets m'ont dit récemment que le gouvernement israélien avait par deux fois approché le gouvernement jordanien avec un plan pour détruire plusieurs sites d'armes chimiques de la Syrie. Selon ces deux officiers Israël a cherché à obtenir "la permission" de bombarder ces sites mais les Jordaniens ont- jusqu'à présent refusé de leur accorder l'autorisation.

    Bien sûr Israël peut attaquer ces sites sans l'accord jordanien (en 2007 l'armée de l'air israélienne a détruit un réacteur nucléaire syrien - un soit disant réacteur ndlt) mais un officier m'a dit que les Israéliens étaient préoccupés par les répercussions possibles sur la Jordanie d'une telle attaque. "Un certain nombre de sites sont proches de la frontière" a -t-il dit s'expliquant un peu plus : " Les Jordaniens doivent faire très attention de ne pas provoquer le régime et ils supposent que les Syriens suspecteront qu'il y a eu complicité jordanienne en cas d'attaque israélienne".

    Des sources des services secrets m'ont dit que des drones israéliens patrouillent le ciel au dessus de la frontière Syrie Jordanie et qu'à la fois des drones américains et israéliens surveillent les sites syriens suspectées de contenir des armes chimiques.

    Il a continué en précisant le contexte de la demande israélienne : " vous connaissez les Israéliens - parfois ils veulent bombarder tout de suite. Mais on leur a dit que du point de vue jordanien ce n'était pas le bon moment."

    La demande israélienne a été faite ces deux derniers mois transmise par des intermédiaires du Mossad envoyés par le bureau du premier ministre Netanyahou selon ces sources. ( J'ai demandé à l'ambassade israélienne à Washington de commenter cette information mais je n'ai pas eu de réponse).

    La Jordanie et Israël coopèrent en matière de sécurité et la Jordanie elle-même est devenu un centre d'activité anti Assad. Des sources m'ont dit que les US la Jordanie et leurs alliés du Golfe ont établi un " QG de guerre" coordonné par le département général des renseignements jordaniens (GID) chargé de trier les militants syriens sympathisants des djihadistes et de fournir à ceux qui ne le sont pas un entraînement et équipement. Le "QG de guerre"a été créé pour partie pour contrer l'influence des combattants anti Assad soutenus par les Turcs et Qataris plus religieux. Les services secrets jordaniens s'inquiètent aussi de l'infiltration de cellules dormantes du régime syrien dans les principaux camps de réfugiés syriens en Jordanie prés de Zaatari et dans les villes jordaniennes qui hebergent déjà provisoirement des dizaines de milliers de réfugiés.

    A l'évidence Les US/UE/OTAN/Israël/et les dictatures du Golfe ne s'attendaient pas à une telle résistance de la part du gouvernement Assad et de son armée qui lui est restée majoritairement fidèle de même que la majorité du peuple syrien qui continue de le soutenir.

    Désormais ces chiens de guerre sont prés à justifier une attaque aérienne israélienne contre des sites syriens d'armes chimiques. D'où la campagne médiatique de propagande de guerre lancée dans les médias mainstream sur la soit-disante dangerosité d'un Assad "désespéré" prés à tout y compris d'utiliser ces armes chimiques contre son peuple. Délire propagandiste pour justifier une attaque aérienne israélienne que le régime sioniste justifiera par la nécessité bien sûr "de se défendre" préventivement.

    Ce n'est pas la première fois qu'une telle propagande se répand complaisamment dans les médias mainstream.

    En Septembre dernier le secrétaire à la défense US Leon Panetta avait déjà dit que les renseignements américains qui avaient noté des mouvements sur certains sites syriens d'armes chimiques pensaient que le gouvernement Assad et son armée qui contrôle ces sites avaient probablement sécurisé ces armes pour éviter que les mercenaires ne s'en emparent.

    Si le régime sioniste est dissuadé d'intervenir, l'OTAN qui a décidé de déployer ses missiles PATRIOT à la frontière turco syrienne, pourrait se lancer comme en Libye dans "une guerre humanitaire", le prétexte étant la possible utilisation par Assad de ces armes chimiques.

    Le gouvernement syrien de Bashar al Assad -qui a à plusieurs reprises affirmé et vient de le refaire qu'il n'utiliserait pas ses armes chimiques dans les attaques incessantes des mercenaires ASL Al Qaeda et consorts- s'inquiète lui plutôt de voir des mercenaires djihadistes tenter de s'emparer d'un stock de ces armes chimiques les utiliser contre des civils syriens et lui en faire porter la responsabilité comme ils lui ont déjà fait porter la responsabilité de massacres de civils syriens qu'eux mêmes avaient tués comme cela a été prouvé.

    Un prétexte pour une attaque aérienne de l'OTAN dans le cadre d'une "guerre humanitaire".

    Actualisation 05/12/2012

    Le ministre russe des Affaires étrangères, Sergueï Lavrov, a mis en garde mardi contre la "militarisation croissante" du conflit en Syrie, en critiquant le déploiement de missiles Patriot en Turquie et les "rumeurs" sur une possible utilisation d'armes chimiques par Damas. A chaque fois, suite à ces rumeurs Moscou vérifie l'information auprès de son allié syrien et "on nous répond que rien n'est préparé", selon lui. Depuis le début, la guerre contre la Syrie s'appuie sur des campagnes de propagande médiatico politiques basées sur des mensonges.

     Mardi 4 Décembre 2012

     Mireille Delamarre 

    http://www.planetenonviolence.org/ALERTE-ROUGE-L-ARMEE-DE-L-AIR-ISRAELIENNE-EN-STAND-BY-Pour-Frapper-Les-Sites-D-Armes-Chimiques-De-La-Syrie_a2871.html 

    Alerte rouge: Armée de l'air israélienne prête à attaquer la Syrie ??


    votre commentaire
  •  

    Affaire Merah : l’avocate algérienne jette l’éponge

     

    Exclusif. Oumma a appris le désistement de Zahia Mokhtari, avocate du père de Mohamed Merah, dans l’action judiciaire intentée devant le parquet de Paris.

     

    votre commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique