• Marjah, Afghanistan, la Fallujah d’Obama

    Honte.

    Matteo DELL’AIRA, Enrico PIOVESANA
    Lettre ouverte de l’infirmier chef de l’hôpital de Emergency à Lashkargah, où arrivent les civils blessés dans l’offensive contre la ville voisine de Marjah. Même des enfants de 7 ans.

    C’est ce que nous éprouvons tous ici à l’hôpital d’Emergency à Lashkargah, Afghanistan, après le début de la énième “grande opération militaire”, qui est à chaque fois plus grande...

    Un profond sentiment de honte pour ce que fait la guerre, toute guerre. Destruction, morts, blessés. Sang, lambeaux de chair humaine. Hurlements féroces et désespérés. Elle ne fait rien d’autre.

    Mais d’aucuns pensent encore que c’est une bonne façon d’exporter “ la paix et la démocratie”. La paix, en effet ils étaient en train de l’apporter aussi à Said Rahman notoire “insurgé” de la zone, mais celle éternelle. Il a pris un projectile en pleine proitrine, le matin de bonne heure, alors qu’il était au jardin.

    Il n’était pas en train de patrouiller la zone, il n’était pas en train de combattre, il n’était pas en train de viser quelqu’un. Il n’a même pas vu d’où arrivait le projectile qu’il a encore dans le corps et qui lui a défoncé le poumon droit. Il a juste senti une grande brûlure et s’est évanoui de douleur ensuite.

    On l’a transporté en hélicoptère jusqu’à Lashkargah, avec ces mêmes hélicoptères qui, juste avant, mitraillent, puis en ambulance dans notre centre chirurgical pour victimes de la guerre, assez instable mais avec son ourson en peluche tout neuf, cadeau de la démocratie.

    On aurait dit qu’il était bossu, de tout le sang qui s’était accumulé dans son dos.

    Il a été opéré immédiatement, on lui a mis deux drains thoraciques, presque plus grands que lui.

    Parce que l’”insurgé” notoire a sept ans.

    Sept.

    Voilà ce qu’est la “grande opération militaire”, la plus grande.

    Honte.

    Matteo Dell’Aira

    (Infirmier chef de l’hôpital de Emergency à Lashkargah, Helmand ).

    http://it.peacereporter.net/articolo/20260/Vergogna

    Source : Bye Bye Uncle Sam, 16 février 2010
    http://byebyeunclesam.wordpress.com/2010/02/16/come-a-fallujah/

    (Traduit de l’italien par m-a p)

    Voir aussi :
    Marjah. La situation des blessés à l’hôpital d’ Emergency a Lashkargah, Helmand :
    http://it.peacereporter.net/videogallery/video/12096



    "Comme à Fallujah"

    JPEG - 19.9 ko

    [...] Le capitaine Ryan Sparks, commandant de la compagnie Bravo du 1er Bataillon, 6° régiment Marines, a comparé l’intensité des combats en cours à Marjah à ceux de l’attaque contre Fallujah en Irak, en 2004. “C’est comme à Fallujah, sauf qu’ici ils nous tirent dessus de tous les côtés parce que nous n’avançons pas en ligne droite, mais depuis différentes directions”.

    Selon les commandements alliés, il y a jusqu’à présent 35 insurgés tués, et 5 pertes civiles seulement. Les talibans ont cependant déclaré n’avoir perdu que 6 hommes (tous les autres seraient des civils), et avoir tué 192 soldats, afghans et étrangers. Des talibans, un message est arrivé hier pour le président Obama à l’occasion du 21eme anniversaire du retrait des troupes soviétiques d’Afghanistan (15 février 1989) : “Les américains (états-uniens, ndt) devraient comprendre que s’il leur faut 15 mille hommes pour prendre le contrôle d’un seul district, pour prendre possession des 350 districts de l’Afghanistan il leur faudrait plus de 5 millions de soldats. Les dirigeants de la Maison Blanche tireraient plus de profits à comprendre la leçon de l’histoire plutôt que de se laisser aller à des exhibitions de force : Obama, comme Gorbatchev, doit regarder de façon réaliste la réalité sur le terrain afin de mettre fin à la tyrannie et à la répression à l’égard des afghans, au lieu d’apporter d’autres mésaventures aux USA (...).”


    Extrait de "De Marjah, la Fallujah d’Obama", Enrico Piovesana

    Voir aussi vidéo : Phosphore blanc sur Fallujah


    Publié le 16 février 2010 par Bye Bye Uncle Sam :

    http://byebyeunclesam.wordpress.com/2010/02/16/come-a-fallujah/

    Traduit de l’italien par m-a p

    URL de cet article
    http://www.legrandsoir.info/Honte.html

    votre commentaire
  • Blocus de Gaza : un crime contre l’humanité


    Posté par Roland. Auteur : Ziad Medoukh - Source :
    CAPJPO-EuroPalestine

    Blocus de GazaZiad Medoukh, professeur de Français à Gaza tire la sonnette d’alarme. Le manque d’électricité lié au siège israélien, dont se rendent complices nos gouvernement, est en train de faire de nombreuses victimes que personne ne comptabilise !



    Auteur : Ziad Medoukh - Source : CAPJPO-EuroPalestine


    http://www.dazibaoueb.fr/article.php?art=10901

    "Les coupures permanentes d’électricité pèsent lourdement sur la vie des Gazaouis

    La situation actuelle dans la bande de Gaza est dramatique à tous les niveaux :

    Blocus, fermeture des frontières, difficultés de déplacement, difficultés économiques et souffrance continue pour plus d’un million et demi de Palestiniens emprisonnés sur leur territoire ; comme si cela n’y suffisait pas, depuis plus d’un mois, et notamment depuis le 1er janvier 2010, nous assistons à une aggravation catastrophique de la pénurie d’électricité dans la bande de Gaza. Dans chaque quartier, les habitants ont le droit à six heures d’électricité par jour et cela depuis plus de quarante jours ; ils subissent donc dix-huit heures de coupures d’électricité quotidiennes, quelques fois le jour, quelques fois le soir et la nuit, avec des conséquences très graves sur la vie des Gazaouis.

    L’origine de cette nouvelle épreuve est liée à la politique israélienne de réduction des quantités de fioul autorisées à entrer dans la bande de Gaza via les passages israéliens souvent fermés depuis le début du blocus inhumain, il y a maintenant plus de 4 ans, imposé à la population civile.

    Dans la bande de Gaza il n’y a qu’ une seule centrale électrique qui ne fonctionne qu’à 30% de sa capacité. En effet, cette centrale a été bombardée à plusieurs reprises , notamment en 2006, 2007, et bien sûr en 2009, lors de la dernière agression israélienne contre la bande de Gaza . Aux destructions causées aux installations qui provoquent à elles seules de trop nombreuses pannes en l’absence d’équipement de maintenance du fait du blocus israélien, s’ajoute maintenant l’interdiction d’entrée d’une quantité suffisante de fioul par les autorités israéliennes pour faire fonctionner cette centrale ; alors que déjà, il ne faut pas l’oublier, une seule centrale électrique est insuffisante pour fournir de l’électricité à tous les foyers sur une base régulière .

    Pour pallier cette situation très difficile, les Palestiniens de Gaza, déjà soumis à de si rudes épreuves, mais entraînés de gré ou de force à la patience et à la nécessité de s’adapter, essaient tant bien que mal, entre bougies et générateurs, de trouver des solutions pour continuer à vivre au quotidien.

    Les hôpitaux, les universités, les écoles et les principales institutions dans la bande de Gaza, ont toutes été équipées de générateurs pour faire face à la pénurie, mais ce ne peut être qu’une solution provisoire et qui ne peut pas régler le problème de la vie des familles, lourdement pénalisées par la situation. .

    Des générateurs privés qui fonctionnent à l’essence sont utilisés actuellement dans beaucoup de maisons et d’immeubles, pour avoir un peu d’électricité, surtout la nuit . Mais l’essence et les générateurs à bas coûts, qui passent par les tunnels, sont de mauvaises qualité et provoquent des drames... ! Depuis l’aggravation de la pénurie d’électricité, nous avons déjà à déplorer 15 morts dans des explosions de générateurs : les Gazaouis continuent de mourir des conséquences du blocus et des destructions israéliennes !

    Devant cette situation de black-out électrique et de drames surajoutés très pénible pour les Gazaouis, la communauté internationale et notamment l’Union européenne ont la responsabilité de faire pression sur les autorités israéliennes afin qu’elles fournissent les quantités suffisantes de fioul pour le fonctionnement de notre unique centrale électrique et que tous les matériaux de maintenance et de réparation pour cette centrale entrent dans la bande de Gaza.

    Combien de temps encore ce blocus inhumain continuera-t-il d’étouffer et de tuer les Palestiniens ? La communauté internationale et l’Union européenne ont le devoir moral d’imposer à Israël la levée du blocus de Gaza."

    Ziad Medoukh

    CAPJPO-EuroPalestine


    votre commentaire
  • PujadasTV-copie-1.jpg


    FR2 : Des infos qui n'en sont pas !
    L'essentiel nous est masqué.
    Par Eva R-sistons


    " Les principales agences de presse, forment une toile médiatique universelle qui a le pouvoir de décider de quelles banalités doit être informée la population de la planète et des faits cruciaux qu’elle doit ignorer.

    Les nouvelles que les grands groupes médiatiques des Etats-Unis ont décidé d’escamoter sont aussi dissimulées aux citoyens du monde, ne serait-ce que par l’omission choisie par les grands monopoles de la presse et de la télévision qui exercent le contrôle de l’information à travers le monde. Ce qui n’a pas pu sortir sur CNN ou d’autres grandes chaînes d’information ne sortira pas sur les chaînes des autres pays, y compris celles de notre tiers monde ; c’est pourquoi la censure et la désinformation atteignent, pour des motifs différents, des pays comme Cuba, le Venezuela, la Bolivie, l’Equateur et bien d’autres qui souhaiteraient sans nulle doute accéder à ces informations mais n’ont pas le moyen de les connaître ni de les recevoir tant qu’elles ne sont pas fournies par les systèmes mondiaux d’information "

    Voici un extrait de l'article précédent, Le Projet Censuré.

    Illustration, FR2, par exemple :

    On nous sert les faits divers, les banalités, les inutilités (burqa de quelques femmes, à la marge...), et tout l'essentiel est escamoté.

    Par exemple, tout ce qui concerne directement la vie quotidienne des Français, tout ce que décide le Parlement, est passé sous silence. Exit la casse sociale, des services publics, du Droit du Travail, des libertés, de l'indépendance nationale... Sait-on que les salaires seront au mérite ? Sait-on que les fonctionnaires vont disparaître, puis nos départements ? Sait-on que les municipalités ne pourront plus décider de la vie culturelle, qu'elle sera décrétée en haut lieu, au détriment des initiatives locales, et que, d'une façon générale, on travaille actuellement à tout recentraliser, pour que le pouvoir ne soit pas local, mais entre les mains du Gouvernement, décidant en haut lieu selon son bon (mauvais !) plaisir?

    Les citoyens ne savent rien de ce tout ce qui se décide réellement ! On les amuse avec des nouvelles futiles, des banalités, on détourne leur attention des décisions cruciales qui vont engager leur avenir ! C'est tout simplement scandaleux !! Et on ne sait pas qu'au Parlement, l'Opposition se bat pour défendre les intérêts des citoyens (surtout les communistes, d'ailleurs, toujours sur la brèche !).

    Pujadas, "ce pathétique hidalgo naniforme formé à Nice-Matin (bonjour la référence !) et prématurément vieilli, qui même bien coiffé donne l'impression d'être affublé d'un postiche de mauvaise qualité" (§) "star de l'info", selon ses copains d'Arte, est le type même du journaleux qui s'aplatit devant le pouvoir, déformant, désinformant, masquant, manipulant, conditionnant... à longueur de Journal ! Et ne parlons pas de la Chabot "cette lamentable directrice de la propagande à la froideur de kapo totalitaire" (§ même lien), qui n'a jamais trop de mots pour plaider la cause du Pouvoir qui détruit actuellement l'identité de la France !  Des journalistes, ça ? Des caricatures de journalistes, oui ! Qui salissent le métier... et qui sont complices des politiques criminelles menées contre l'intérêt des peuples ! 

    FR2 ? La lie de l'information !

    La responsabilité de ces journaleux, de ces laquais du pouvoir, est immense: Le peuple est floué, berné, trompé, à cause d'eux ! Et ils sont grassement payés par le service public (avec nos sous, donc) pour travailler au malheur des Français ! Ce sont les mêmes, bientôt, avec les Marie Drucker et les Duquesne, qui chanteront les louanges de la guerre mondiale en préparation, qui nous inciteront à mourir pour la patrie... des multinationales apatrides ! !

    Les Français savent qu'on leur ment.

    Chabot, Pujadas, Leymergie, Delahousse, Darmon et tous les autres, des demoiselles d'Envoyé Spécial à Elkabbach, des Val aux Giesbert et aux Calvi, dehors ! Vous êtes la honte de la France ! 

    " Ce qu'ils produisent en guise d'info n'est qu'un tissu de gerbe. Et je vous garantis que ces gens-là en sont parfaitement conscients eux aussi, parce qu'ils ne sont pas des imbéciles et qu'ils ont pigé, comme celles et ceux d'entre nous qui gardent les yeux ouverts, que ce pays est au seuil d'un effondrement sans précédent, et qu'ils ne feront pas partie de l'équipe de terrassiers en charge de déblayer les ruines, puisqu'ils seront ensevelis sous les gravats ".  (§, même lien)

    La désinformation tue la démocratie. Nos journaleux sont grandement coupables...

    Eva R-sistons

    § http://www.dazibaoueb.fr/article.php?art=10865, commentaire de Zorbec

    votre commentaire



  • Des mères horrifiées par la naissance d’enfants difformes suite à l’usage par Israël d’armes prohibées
    Crimes de guerre israéliens à Gaza


    Le 6 octobre 2009

    L’annonce par le Ministère de la Santé sous autorité du gouvernement élu du Hamas a jeté l’effroi ces jours-ci à Gaza. En effet, dix mois après la guerre lancée contre sa population par le gouvernement israélien – guerre appelée cyniquement « Plomb durci » par les stratèges militaires de Tel Aviv - des Palestiniennes vivant dans des zones lourdement frappées par les bombardements accouchent de bébés monstrueux.

    A l’hôpital Shifa on nous a parlé d’une demi-douzaine de nouveaux nés victimes de graves malformations : organes incomplets, malformations du cerveau, visages défigurés.

    Les médecins et les scientifiques qui cherchent à en déterminer la cause pensent qu’il y a là un lien direct avec les armes au phosphore, DIME, ou armes à l’uranium appauvri, utilisées par l’armée israélienne dans des zones très habitées où des cas de malformation sont apparus, comme Al-Zayton, Al-Zahra, Ezzbet Abed Rabbo, et Wadi Gaza.

    L’État Major israélien a-t-il choisi délibérément de contaminer ces zones densément peuplées pour expérimenter in vivo, les effets de ces armes sur les populations qui y sont exposées ?

    Une douzaine de métaux extrêmement toxiques ont été détectés et sont actuellement toujours à l’étude ; des chercheurs italiens et français ont fait des prélèvements et les examinent pour établir si ces armes sont à l’origine de maladies nouvelles et des malformations des bébés.

    Ces bébés nés malformés s’ajoutent à tous ceux qui, depuis longtemps déjà, meurent peu après leur naissance ou survivent avec de graves séquelles parce que leur mère a été sous alimentée pendant sa grossesse en raison du siège imposé à Gaza [1].

    Où sont les journalistes d’investigation ? Leur silence quand il s’agit de porter à la connaissance du monde -de manière détailée- les actes de barbarie de l’armée israélienne, et les énormes souffrances qu’ils génèrent, n’est-il pas troublant ?

    Ce qui est sûr, c’est que la désinformation bat à nouveau son plein et que les tambours de la guerre roulent à nouveau contre la principale cible actuelle des dirigeants israéliens : l’Iran.

    Comme l’écrivait le Dr. Oren Ben Dor au lendemain de la guerre israélienne contre Gaza, « Israël a besoin d’un cycle permanent de violence. Aussi longtemps que ce cycle est provoqué par une oppression quotidienne, les Israéliens arrivent à maintenir ce havre où ils peuvent s’unir derrière leur incapacité à regarder leur mentalité d’apartheid. » [2]

    Ainsi Israël, coupable de tant de crimes et de n’avoir jamais appliqué aucune des résolutions de l’ONU, incrimine les voisins qu’il veut anéantir, les uns après les autres.

    Hier le Liban, puis l’Irak, puis le Liban, puis Gaza, demain l’Iran ? Tout cela avec la complicité des gouvernements occidentaux qui rechignent maintenant à apporter leur appui au rapport Goldstone [3] accusant Israël de crimes de guerre à Gaza, rapport qui devrait conduire à traduire enfin cet État en justice devant la Cour pénale internationale.

    [1] Voir : « Gaza meurt dans l’indifférence, au su et au vu du monde », par Silvia Cattori, silviacattori.net, 3 juin 2008.

    [2] Voir : « Israël : le suicide par l’autodéfense », par Oren Ben Dor, 1er janvier 2009.

    Voir également : « Les racines profondes de la terreur exercée par l’État juif », par Silvia Cattori, Réseau Voltaire, 19 janvier 2009.

    [3] Voir : « Pourquoi le rapport Goldstone est important », par Richard Falk, info-palestine.net, 26 septembre 2009.



    Silvia Cattori est journaliste en Suisse.


     
     
     
     

     


     



    Crimes de guerre israéliens à Gaza

    Des mères horrifiées par la naissance d’enfants difformes suite à l’usage par Israël d’armes prohibées
    L’annonce par le Ministère de la Santé sous autorité du gouvernement élu du Hamas a jeté l’effroi ces jours-ci à Gaza. En effet, dix mois après la guerre lancée contre sa population par le gouvernement israélien – guerre appelée cyniquement « Plomb durci » par les stratèges militaires de Tel Aviv - des Palestiniennes vivant dans des zones lourdement frappées par les bombardements accouchent de bébés monstrueux.


     A l’hôpital Shifa on nous a parlé d’une demi-douzaine de nouveaux nés victimes de graves malformations : organes incomplets, malformations du cerveau, visages défigurés.

    Les médecins et les scientifiques qui cherchent à en déterminer la cause pensent qu’il y a là un lien direct avec les armes au phosphore, DIME, ou armes à l’uranium appauvri, utilisées par l’armée israélienne dans des zones très habitées où des cas de malformation sont apparus, comme Al-Zayton, Al-Zahra, Ezzbet Abed Rabbo, et Wadi Gaza.

    L’État Major israélien a-t-il choisi délibérément de contaminer ces zones densément peuplées pour expérimenter in vivo, les effets de ces armes sur les populations qui y sont exposées ?

    Une douzaine de métaux extrêmement toxiques ont été détectés et sont actuellement toujours à l’étude ; des chercheurs italiens et français ont fait des prélèvements et les examinent pour établir si ces armes sont à l’origine de maladies nouvelles et des malformations des bébés.

    Ces bébés nés malformés s’ajoutent à tous ceux qui, depuis longtemps déjà, meurent peu après leur naissance ou survivent avec de graves séquelles parce que leur mère a été sous alimentée pendant sa grossesse en raison du siège imposé à Gaza [1].

    Où sont les journalistes d’investigation ? Leur silence quand il s’agit de porter à la connaissance du monde -de manière détailée- les actes de barbarie de l’armée israélienne, et les énormes souffrances qu’ils génèrent, n’est-il pas troublant ?

    Ce qui est sûr, c’est que la désinformation bat à nouveau son plein et que les tambours de la guerre roulent à nouveau contre la principale cible actuelle des dirigeants israéliens : l’Iran.

    Comme l’écrivait le Dr. Oren Ben Dor au lendemain de la guerre israélienne contre Gaza, « Israël a besoin d’un cycle permanent de violence. Aussi longtemps que ce cycle est provoqué par une oppression quotidienne, les Israéliens arrivent à maintenir ce havre où ils peuvent s’unir derrière leur incapacité à regarder leur mentalité d’apartheid. » [2]

    Ainsi Israël, coupable de tant de crimes et de n’avoir jamais appliqué aucune des résolutions de l’ONU, incrimine les voisins qu’il veut anéantir, les uns après les autres.

    Hier le Liban, puis l’Irak, puis le Liban, puis Gaza, demain l’Iran ? Tout cela avec la complicité des gouvernements occidentaux qui rechignent maintenant à apporter leur appui au rapport Goldstone [3] accusant Israël de crimes de guerre à Gaza, rapport qui devrait conduire à traduire enfin cet État en justice devant la Cour pénale internationale.

    Silvia Cattori



     

    [1] Voir : « Gaza meurt dans l’indifférence, au su et au vu du monde », par Silvia Cattori, silviacattori.net, 3 juin 2008.

    [2] Voir : « Israël : le suicide par l’autodéfense », par Oren Ben Dor, 1er janvier 2009.

    Voir également : « Les racines profondes de la terreur exercée par l’État juif », par Silvia Cattori, Réseau Voltaire, 19 janvier 2009.

    [3] Voir : « Pourquoi le rapport Goldstone est important », par Richard Falk, info-palestine.net, 26 septembre 2009.



    http://www.silviacattori.net/article974.html



    La « responsabilité de protéger » : une façade légale pour légitimer l’ingérence ?
    http://www.silviacattori.net/article967.html










    Proche-Orient :
    12 règles pour les journalistes
    écrivant sur le conflit



    Lisez ce post d'un internaute sur le FORUM DE FRANCE 2 :TRÈS VRAI     

    Posté le 07-01-2009 à 17:23:56
    pour rappel :

    12 règles infaillibles pour les journalistes écrivant sur les conflits du Proche-Orient

    1. Au Proche Orient, ce sont toujours les Arabes qui attaquent les premiers et c’est toujours Israël que se défend. Cette défense s’appelle « représailles ».

    2. Ni les Arabes, ni les Palestiniens, ni les Libanais n’ont le droit de tuer des civils. On appelle cela du « terrorisme ».

    3. Israël a le droit de tuer des civils. Cela s’appelle de la « légitime défense ».

    4. Lorsque Israël tue des civils en masse, les puissances occidentales demandent qu’il le fasse avec plus de retenue. Cela s’appelle « réactions de la communauté internationale ».

    5. Ni les Palestiniens ni les Libanais n’ont le droit de capturer des soldats israéliens à l’intérieur d’installations militaires équipées de sentinelles et de postes de combat. Il faut appeler cela « séquestration de personnes sans défense ».

    6. Israël a le droit de séquestrer, à n’importe quelle heure et n’importe où, autant de Palestiniens et de Libanais qu’il lui plaira. Le chiffre actuel tourne autour de dix mille, parmi lesquels des enfants et des femmes. Il n’est pas nécessaire de fournir la moindre preuve de culpabilité. Israël a le droit de garder en détention indéfiniment des prisonniers, même si ceux-ci sont des personnalités démocratiquement élues par les Palestiniens. On appelle cela « emprisonnement de terroristes ».

    7. Quand on mentionne le mot “Hezbollah”, il est obligatoire d’ajouter dans la même phrase : « soutenu et financé par la Syrie et par l’Iran ».

    8. Quand on mentionne « Israël », il est catégoriquement interdit d’ajouter : « soutenu et financé par les Etats-Unis ». Cela pourrait donner l’impression que le conflit est inégal et que l’existence d’Israël ne court aucun danger.

    9. Dans les informations concernant Israël, il faut toujours éviter qu’apparaissent les locutions suivantes : « Territoires occupés », « Résolutions de l’ONU », « Violations des Droits de l’Homme » et « Convention de Genève ».

    10. Les Palestiniens, comme les Libanais, sont toujours des « lâches » qui se cachent au milieu d’une population civile qui ne les aime pas. S’ils dorment chez eux, avec leur famille, cela porte un nom : « lâcheté ». Israël a le droit d’anéantir, avec des bombes et des missiles, les quartiers où ils dorment. Cela s’appelle : « des frappes chirurgicales de haute précision ».

    11. Les Israéliens parlent mieux l’anglais, le français, l’espagnol ou le portugais que les Arabes. C’est pourquoi ils méritent d’être interviewés plus souvent et, donc, d’avoir plus souvent que les Arabes l’occasion d’expliquer, au grand public, les règles ci-dessus pour la rédaction des nouvelles (règles 1 à 10). On appelle cela « la neutralité journalistique ».

    12. Toutes les personnes qui ne sont pas d’accord avec les susdites Règles sont, et il faut que cela se sache, des « terroristes antisémites hautement dangereux ».

    Commentaire n° 3 posté par ritapitton aujourd'hui à 18h37

    http://r-sistons.over-blog.com/article-26519091.html

    votre commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique