•  

    Voir aussi ma colère de journaliste contre les merdias

    http://chantal-dupille.eklablog.com/bon-sang-reveillez-vous-c-est-quoi-ce-pays-a128244400

     

    Fillon / Macron: la presse a l'indignation sélective

     
     
     
    Ces derniers temps, pas une journée ne passe sans une "nouvelle" soi-disant révélation sur l'activité de F. Fillon ou de sa femme ... il y a 15 ans. Je ne reviendrai pas sur les faits qui doivent être établis par la justice, le schéma particulièrement sélectif de réaction m'intéresse beaucoup plus. Car aucune question sérieuse n'est posée à E. Macron, qui profite largement de la situation. Etrange indignation choisie de la presse, étrange complaisance aussi qui permet de constituer l'opinion publique dans le sens voulu à quelques mois de l'échéance présidentielle.
     


    Il est possible que F. Fillon ait profité du système des assistants parlementaires pour faire rémunérer sa femme et ses enfants quelques temps, ce système est condamnable et inadmissible. Il faut le réformer. Les faits remontent à une quizaine d'année et sortent ... maintenant. Etrange quand même.
     
    Surtout que, du coup, l'on apprend que le grand favori devient E. Macron, candidat sans parti, sans programme, sans transparence dans le financement. Depuis le scandale, alors que Fillon était donné grand gagnant, il serait éliminé au premier tour ce qui nous amènerait à une formule Macron / le Pen permettant la victoire de Macron à 65%.
     
    Fillon est extrèmement critiqué, car il se veut honnête. Et, ça, on ne lui pardonne pas, on ne lui pardonne rien. Macron n'a jamais invoqué cette qualité, ce qui lui permet manifestement de faire passer beaucoup de couleuvres avec la complicité de la presse.
     
    Par exemple, le fait qu'il ait sous-estimé son patrimoine de 200 000 euros pour ne pas payer l'ISF a été dévoilé, mais sans suite. Il devra payer ses impôts et tout s'arrête là: il n'a pas pu faire exprès, voyons. Donc il n'a pas fraudé le fisc, du tout.
     
    Le fait qu'il ait utilisé pour ses besoins personnels la quasi totalité de l'enveloppe ministérielle lors de son bref - mais lucratif - passage à Bercy pour ses dîners permettant le lancement de son mouvement politique n'a eu aucune suite:
     "Il y a des choses importantes qu'on a apprises hier (lundi), notamment au niveau des frais de bouche, puisque 120.000 euros des crédits du ministre à Bercy (ont été utilisés) pour des agapes En marche!, pour réunir tel ou tel, pour préparer sa campagne présidentielle", a lancé Philippe Vigier. (...) Selon cette enquête, "Emmanuel Macron a utilisé à lui seul 80% de l'enveloppe annuelle des frais de représentation accordée à son ministère par le Budget".
    Et malgré cela, les journalistes continuent à lui laisser dire qu'il ne fonctionne pas sur l'argent du contribuable. Même s'il refuse de donner la liste de ses donateurs sous prétexte qu'il ne s'agit que de petites contributions, pour l'essentiel."L'essentiel", et le reste? Sans compter tous ses déplacements à l'étranger "pour se donner une stature internationale". A quels frais? Et a-t-il reçu des financements étrangers? Pourquoi les journalistes n'enquêtent pas plus avant sur cette voie?
     
    Et avec tout cela, il se veut candidat "hors système". C'est-à-dire le candidat qui fonctionne contre les institutions de la Ve République, de l'Etat, mais le candidat de l'UE, du marché ouvert à tous vents, du Migrants Welcome qui coûtent moins cher à employer. Un candidat qui se veut Président sans même avoir encore présenté de programme. Un candidat qui prétend gouverner sans parti, donc sans le Parlement?
     
    Et avec cela, il réussit à obtenir des intentions de vote. A ceux qui veulent voter pour lui, j'aimerais demander combien de fois dans leur vie ils ont signé un chèque en blanc à un inconnu dans la rue?
     
     
     
     

    votre commentaire
  • Syrie : l’alarme des crocodiles

    Syrie : l’alarme des crocodiles

    Quand les va-t-en guerre paniquent…

    Alep est en passe d’être totalement libérée du joug des tueurs djihadistes de toutes obédiences. Leurs bandes armées par le Qatar et l’Arabie Saoudite, avec la complicité ouverte de la Turquie, occupaient les quartiers est de la seconde ville de Syrie depuis 2012. Ceux-ci sont, un par un, reconquis par l’armée de la République syrienne.

    Cette avancée victorieuse des forces de l’Etat souverain, reconnu par les Nations Unies, agressé par des légions étrangères, devrait susciter l’admiration des gouvernements qui se revendiquent du droit international…

    Il n’en est rien.

    En France, c’est le contraire : gouvernement et médias hurlent à la mort contre le pouvoir légitime, qui se défend et qui a l’audace de battre l’agresseur. Les médias aux ordres, entre autres les chaines publiques de Radio France, des quotidiens comme Le Monde, cherchent à créer un climat de guerre contre la République syrienne, son président et ses alliés russe et iranien.

    « La rébellion s’effondre » titre en caractères d’affiche le quotidien du soir. Et de verser des larmes de crocodile sur ces bons « rebelles » en déroute – mais dont au sommet de l’Etat, on prétend craindre le retour en France pour y mener des actes terroristes…

    Ce ne sont que gros titres et récits affligés d’une situation qui leur échappe.

    Le sort de la population des quartiers d’Alep libérés ou proches d’y être, est décrit d’une manière apocalyptique, un déluge permanent de missiles, de bombes, d’obus se déverserait sans trêve sur les immeubles, les hôpitaux, les marchés, pilonnés sans interruption jours et nuits, et selon ces médias, ces « exactions » pour reprendre les termes employés, décrits comme volontaires par l’aviation syrienne ( et, ajoutent-ils, ’russe’).

    Et Le Monde, daté du 1er décembre, , qui veut montrer l’ampleur du « massacre » écrit : « Depuis la mi-novembre, l’Observatoire syrien des droits de l’homme estime que les raids aériens syriens et russes ont tué près de 250 habitants d’Alep -Est ».

    Soit une quinzaine par jour…sur 250 000 habitants. Pour un déluge de feu, le bilan annoncé contredit les commentaires. La haine leur fait perdre toute cohérence.

    Mais ces médias travaillent pour le pouvoir. Et celui-ci par la voix de son ministre des Affaires Etrangères en rajoute. Jean-Marc Ayrault joue les bravaches. Mais ce qui, au-delà du devenir des « rebelles », inquiète l’Occident, c’est le rôle déterminant joué par la Russie de Poutine, et les succès que celui-ci remporte sur la scène internationale.

    Le camp impérialiste n’est plus maître du jeu.

    Les peuples se rebiffent, le peuple syrien en premier.

    Jean Lévy

    source: http://www.comite-valmy.org/spip.php?article7930

    http://reseauinternational.net/syrie-lalarme-des-crocodiles/

     

    Voir aussi :

    Le New York Times exprime la fureur de Washington sur la débâcle en Syrie

    ..

    Mon tweet :

    Hé, MERDIAS, regardez le bonheur des Syriens libérés par l'armée d'Assad et par les Russes ! VIDEO ici http://reseauinternational.net/les-rebelles-ne-semblent-plus-en-mesure-de-verrouiller-les-quartiers-ni-de-contenir-la-population/

    https://twitter.com/rsistons

    .


    2 commentaires
  • Guerre médiatique

    contre la Syrie :

    Maître Viguier décrypte

    la propagande de France 5

    Guerre médiatique contre la Syrie : Maître Viguier décrypte la propagande de France 5
    Lors de l’émission C Politique du 23 octobre 2016
    sur France 5, le journaliste Maxime Darquier
    a affirmé, sujet à l’appui, que la citation
    attribuée à Laurent Fabius (« Le Front
    Al-Nosra fait du bon boulot »), et reprise
    par Marine Le Pen et Jean-Luc Mélenchon,
    n’était que le résultat d’une «désinformation»
    menée par des « sites d’extrême droite
    comme Égalité & Réconciliation ».
    Maître Damien Viguier répond point
    par point à cette propagande d’État, qui
    s’inscrit dans le cadre plus global de la guerre
    médiatique contre la Syrie.
     


    Guerre médiatique contre la Syrie : Maître… par ERTV

     

    http://reseauinternational.net/guerre-mediatique-contre-la-syrie-maitre-viguier-decrypte-la-propagande-de-france-5/

     

    .


    votre commentaire
  • ANNONCE : Bernie Sanders tabassé physiquement à la Convention Démocrate – Quitte le Parti Démocrate ce jour même ! 
     
    Une coupure bien visible sur la joue droite de Bernie Sanders a suscité des questions pour savoir si oui ou non il avait été tabassé par les gorilles « de quelqu’un » au cours de la Convention Nationale Démocrate.
     
    Des images de Sanders datant de lundi ne montrent aucune marque sur son visage. Cependant, mardi soir on aperçoit distinctement une entaille sur sa joue droite, du genre qu’on s’attend à voir à la suite d’un coup asséné avec un coup de poing américain.
     
    L’entaille semble assez profonde, rien à voir avec une coupure de rasoir. L’homme a été visiblement frappé avec quelque chose.
     
    Qui aurait intérêt à agresser physiquement un Sénateur des Etats-Unis qui demande l’investiture de son Parti comme candidat à la présidence contre l’épouse d’un ancien Président ?
     
    En effet, pour qui et dans quel intérêt ?
     
     
     
    Texte original de l’information.
     
     
    Cette question a fait rapidement le tour des partisans de Bernie Sanders et alimente des rumeurs à l’intérieur et dans l’entourage de la Convention Nationale Démocrate. Voici une des publications sur Facebook à ce sujet :
     
    SANDERS QUITTE LE PARTI DEMOCRATE
     
    A peine un jour après que la photo ait été prise, le Sénateur Bernie Sanders QUITTE le Parti Démocrate. Une décision étrange pour un homme qui a passé toute l’année en cours à faire campagne pour la présidentielle sous la bannière Démocrate.
     
    A moins, bien sûr, qu’il se soit fait tabasser par quelqu’un de son propre Parti … quelqu’un qui a tout à gagner à son départ.
     
    C’est ainsi que les Communistes agissent en politique et il semble que le Parti Démocrate soit devenu une véritable vitrine marxiste*. Ce n’est certainement plus le Parti Démocrate que connaissaient vos parents. 
     
    *On rappellera à l’auteur que ceux qu’il appelle les Communistes étaient des Bolcheviques (minoritaires) et généralement non-Russes entraînés, financés et envoyés en Russie en 1917 par les financiers et des industriels américains (emmenés par Trotsky).
     
    Rappelons également que Bill Clinton est un petit-fils Rockefeller.
     
    SOURCE :
     
     
    © Hal Turner Show 3 Août 2016
     
     
    Voici une info que j'avais annoncée le 6.9.16 en Anglais, Réseau International l'a reprise en Français. La voici :

    Accident ou attentat ? Choc frontal mortel entre la limousine officielle de Poutine et un autre véhicule

    Accident ou attentat ? Choc frontal mortel entre la limousine officielle de Poutine et un autre véhicule

    Mise à jour : 09/09/2016 : 03h30 –

    Après vérification, il semblerait que la voiture n’est pas une des voitures officielles de Vladimir Poutine. Cela semble plus logique, car, comme je le disais dans le texte plus bas, avec le blindage dont bénéficie les voitures officielles de Poutine, il est difficilement croyable que le chauffeur meure sur le coup.

    ***********

    Pour l’instant, c’est silence radio autour d’un évènement dramatique qui aurait pourtant pu coûter la vie à Vladimir Poutine.

    Une collision entre la limousine officielle du président russe et une voiture ayant quitté sa file a eu lieu à Moscou sur l’avenue Koutouzov, une voie rapide située à l’ouest du centre-ville. Le chauffeur de Vladimir Poutine est mort sur le coup mardi.

    Des images de vidéosurveillance montrent les deux grosses berlines noires en train de se télescoper. Selon les médias, Vladimir Poutine ne se trouvait pas à bord au moment de l’accident.

    Pour que le chauffeur, présenté comme un homme expérimenté, meure au volant d’une des voitures les plus blindées au monde, il a fallu que le choc ait été phénoménal. Si l’on y rajoute le silence quasi tombal qui entoure l’évènement, on ne peut que vouloir en savoir plus.

    Avic – Réseau International


    Traduction Française Patrick T rev Isabelle
     http://reseauinternational.net/accident-ou-attentat-choc-frontal-mortel-entre-la-limousine-officielle-de-poutine-et-un-autre-vehicule/ 

    votre commentaire
  •  

    Bruno Guigue

    Parution demain de mon nouvel article dans le N° de septembre du mensuel "Afrique-Asie".

    LES MEILLEURES PERLES DES CHARLATANS DE LA REVOLUTION SYRIENNE

    Fiction forgée de toutes pièces, la « révolution syrienne » devait fournir un alibi démocratique au « regime change » planifié de longue date par l'administration US. Comme l'écrit Hillary Clinton dans son fameux email, « la meilleure manière d’aider Israël à gérer la capacité nucléaire grandissante de l’Iran est d’aider le peuple syrien à renverser le régime de Bachar el-Assad ». Mais pour garantir le succès de cette opération, deux conditions étaient requises. La première, c'est la manipulation des desperados du djihad global, auxiliaires zélés et toujours prêts à l'emploi de l'impérialisme occidental. La seconde, c'est le déferlement d'une propagande destinée à persuader l'opinion mondiale que Bachar Al-Assad est un monstre sanguinaire.

    La France s'étant rangée derrière les USA dans cette entreprise de déstabilisation d'un Etat souverain, une meute de charlatans, depuis 2011, y abreuve de ses affabulations les plateaux télévisés et les colonnes des journaux. Avec le concours de ces plumitifs, un déluge de mensonges s'est abattu sans répit sur la Syrie, ajoutant à la cruauté de cette guerre par procuration l'effet délétère d'une manipulation à grande échelle. Voici une première esquisse, non exhaustive, du florilège de ces impostures. Des experts douteux, des intellectuels vendus et des journalistes serviles y ont excellé depuis cinq ans. Ce sont les meilleures perles des charlatans de la révolution syrienne.

    PERLE N°1 : La théorie des deux mamelles

    « Les deux mamelles de Daech, c'est la guerre en Irak en 2003, et la répression menée par Bachar el-Assad depuis 2011. Ceux qui étaient pour la guerre d'Irak comme ceux qui soutiennent le président syrien sont mal placés pour nous donner des leçons sur la meilleure façon de gagner la guerre contre Daech. »

    Pascal Boniface, Metronews, 15/11/2015.

    Si l'agression américano-britannique de 2003 contre l'Irak est effectivement à l'origine de Daech, le gouvernement syrien, lui, n'est pour rien dans la percée d'une organisation qui a juré sa perte et qu'il affronte sans répit. En juxtaposant de façon maligne les deux événements, Pascal Boniface pratique un amalgame grotesque entre George W. Bush et Bachar Al-Assad. Mêlant le vrai et le faux, il attribue au président syrien, dans la genèse du prétendu « Etat islamique », une responsabilité qui n'existe que dans son imagination.

    PERLE N°2 : Bachar extermine son peuple à l'arme chimique

    « Syrie : l'extermination chimique que prépare Bachar » (titre de l'article)

    Jean-Pierre Filiu, L'Obs-Rue89, 25/08/2013.

    Pour ôter toute légitimité au pouvoir syrien, il fallait absolument lui imputer les pires horreurs. Une indignation vengeresse devait alors justifier, sur le modèle libyen, une intervention militaire occidentale. Pièce maîtresse de cette opération, l'imputation à Damas du massacre du 21 août 2013 n'a jamais fait l'objet du moindre commencement de preuve. L'ONU a confirmé la réalité d'une attaque au gaz de combat, mais elle ne l'a jamais attribuée à qui que ce soit. Une enquête indépendante menée par le « Massachusetts Institute of Technology », en revanche, a conclu sans hésitation que l'attaque chimique ne pouvait venir que de la zone rebelle.

    PERLE N°3 : Le complot contre la Syrie est imaginaire

    « Malgré la violence qu’il exerce contre son peuple, M. Bachar Al-Assad et son régime sont présentés comme les victimes d’un plan savamment concocté à Washington pour affaiblir l’un des rivaux régionaux de l’Etat hébreu. »

    Akram Belkaïd, Le Monde Diplomatique, juin 2015.

    Le propos se veut sans doute ironique, mais il sombre dans le ridicule. Comme l'a écrit Hillary Clinton, le renversement du gouvernement syrien visait à sanctuariser Israël en éliminant le principal allié de l'Iran et du Hezbollah. Que l'administration US et ses vassaux aient propagé le « chaos constructif » en Syrie par djihad interposé ne relève pas d'une interprétation subjective, c'est un fait avéré. Quitte à mettre le Moyen-Orient à feu et à sang, Washington a pactisé avec le diable en poursuivant son objectif de toujours : la fragmentation ethno-confessionnelle de la région.

    PERLE N°4 : Les réfugiés fuient Bachar

    « Les réfugiés syriens ne fuient pas Daech, ils fuient Bachar el-Assad. On n'a pas à choisir entre lui et Daech. »

    Pascal Boniface, France TV Info, 24/09/2015.

    Si les réfugiés syriens fuyaient Bachar Al-Assad, les régions contrôlées par le gouvernement n'accueilleraient pas la grande majorité des personnes déplacées à l'intérieur du pays. Les réfugiés syriens au Liban n'auraient pas provoqué une énorme cohue, à Beyrouth, pour aller voter en faveur de M. Assad lors de l'élection présidentielle du 3 juin 2014. Et puisqu'il affirme cyniquement que « les réfugiés ne fuient pas Daech », nous invitons M. Boniface à se rendre dans les zones où sévit cette organisation pour y vérifier par lui-même l'allégresse de la population.

    PERLE N°5 : La division inter-confessionnelle, c'est la faute à Bachar

    « Le régime ne protège pas vraiment les minorités mais il s'en sert habilement pour se protéger. C'est lui et certainement pas les islamistes qui a joué dès le début cette carte pernicieuse de la division sectaire. »

    François Burgat, cité par Catherine Gouësët, L'Express, 15/03/2013.

    Chez notre expert hexagonal de l'islamisme, l'inversion accusatoire est une seconde nature. Le régime baasiste a sans doute beaucoup de défauts, mais c'est un régime non confessionnel qui garantit la liberté des cultes et la coexistence des communautés. Attachées à ce modèle unique au Moyen-Orient, les autorités religieuses, musulmanes et chrétiennes, accordent un soutien unanime au gouvernement légitime. Et c'est l'opposition islamiste armée, inspirée par la détestation wahhabite pour les chiites et les alaouites, qui veut instaurer un Etat confessionnel fondé sur une lecture sectaire de la charia.

    PERLE N°6 : Le régime syrien écrase la majorité sunnite

    « Ceux qui s'indignent des menaces qui pèsent sur les chrétiens ou les alaouites ne s'embarrassent guère de justifier l'oppression de la majorité sunnite (70% de la population) : ils préfèrent la tyrannie exercée sur la majorité afin de préserver la minorité, constate Ziad Majed. »

    Ziad Majed, cité par Catherine Gouësët, L'Express, 15/03/2013.

    Cette lecture confessionnelle du conflit syrien est conforme aux exigences des parrains wahhabites de l'opposition syrienne, mais elle se situe à des années-lumière de la réalité. Aucune minorité religieuse n'opprime la majorité en Syrie, puisqu'il s'agit d'un Etat séculier qui ne favorise aucune confession. Si les sunnites sont victimes de la tyrannie alaouite, comme le sous-entend M. Majed, on se demande par quel miracle le premier ministre, la majorité des ministres, mais aussi la majorité des officiers et des soldats de l'armée arabe syrienne sont sunnites.

    PERLE N°7 : Les pétromonarchies n'y sont pour rien

    « Les élites politiques saoudiennes n'ont jamais soutenu les radicaux islamistes. »

    François Burgat, auditionné par la Mission d'information de l'Assemblée nationale, 12/01/2016.

    Venant de François Burgat, cette échappée hors du monde réel n'est pas étonnante. Depuis trente ans, il explique que l'islamisme, pour les peuples arabo-musulmans, est une voie express vers la démocratie. Que cette collusion entre les pétromonarchies et le jihadisme soit dénoncée inlassablement par Marc Trévidic, ex-juge anti-terroriste, Alain Chouet, ex-directeur du renseignement à la DGSE, ou encore par le général Vincent Desportes, ex-directeur du Collège Inter-armées de défense, est sans importance. Régulièrement invité à Riyad, M. Burgat est sans doute mieux informé par ses amis saoudiens.

    PERLE N°8 : Les jihadistes sont quantité négligeable

    « Les jihadistes ne représenteraient que 10 à 15% des combattants de la révolution syrienne, selon le chercheur Romain Caillet. Ils sont mieux entraînés, mais le rapport de forces sur le terrain est en train de changer en faveur des laïques et des islamistes modérés. »

    Pierre Puchot, MediaPart, 12/09/2013.

    Expert renommé en jihadisme, le moins qu'on puisse dire est que Romain Caillet connaît son sujet de l'intérieur. On peut toutefois douter de sa capacité d'analyse et de prévision. Car on n'a pas vu, depuis cinq ans, les « laïques » et les « islamistes modérés » prendre le dessus au sein de l'opposition armée en Syrie. C'est exactement le contraire. Les jihadistes d'Al-Nosra règnent désormais en maîtres, et leurs alliés islamistes se sont alignés sur leur agenda politique. Quant aux combattants présumés « laïques », cette fable est éventée depuis longtemps.

    PERLE N°9 : La solution, c'est de livrer des armes

    « Il s’agit d’une guerre où l’armée d’Assad ne recule devant rien pour écraser l’adversaire. Il faut donc envoyer des armes pour tenter de rééquilibrer ce rapport de forces ; et surtout des armes capables de tenir en échec les chars, les hélicoptères et les avions. »

    Jean-Paul Chagnollaud, Confluences-Méditerranée, 28/09/2012.

    Partisan enthousiaste d'une révolution imaginaire, Jean-Paul Chagnollaud est l'incarnation parfaite de « l'idiot utile » au service de l'impérialisme. Décidé à parler à leur place, il exige la démocratie pour les Syriens, dénonce Bachar Al-Assad et réclame des armes pour la rébellion. François Hollande l'a entendu et les armes ont été livrées. Malheureusement, cet arsenal a fini entre les mains d'Al-Qaida. La prochaine fois qu'il accompagnera François Hollande en visite officielle en Israël, il est souhaitable que M. Chagnollaud s'abstienne de lui parler de la Syrie.

    PERLE N°10 : Bachar ne sert à rien contre Daech

    « Et puis, soyons justement réalistes : que peut rapporter Assad dans la lutte contre Daesh? Des soldats? Non, il n’en a pas. Des informations? Il n’en a pas. Une légitimité politique? Il n’en a pas. Il n’y a plus d’Etat en Syrie. On est face à une bande mafieuse soutenue à bout de bras par la Russie et par l’Iran. »

    Jean-Pierre Filiu, Le Soir, 05/02/2016.

    Prenant ses désirs pour des réalités, le distingué professeur à Sciences-Po n'a visiblement pas entendu parler de Palmyre, arrachée en avril 2016 aux griffes des jihadistes qui y ont laissé 450 morts. Il ne sait pas que l'armée arabe syrienne affronte durement Daech à l'est d'Alep, qu'elle progresse vers Raqqa et qu'à Deir Ezzor la Garde républicaine met en échec depuis trois ans les offensives de l'organisation jihadiste. Quant à la légitimité politique de Bachar Al-Assad, elle est supérieure à celle d'un président français dont l'affligeante politique étrangère reflète largement les conseils insensés que lui prodigue M. Filiu.

    Bruno Guigue (01/09/2016)

    https://www.facebook.com/marie.bars.7/posts/1207738222611995

     assa

    source: http://arretsurinfo.ch/les-meilleures-perles-des-charlatans-de-la-revolution-syrienne/

     

     


    votre commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique